ailesgriseees

Ecrite et réalisée d'après un Dojinshi (fanzine) du créateur Yoshitoshi ABe (le créateur/designer de Serial Experiments Lain) cette série de 13 épisodes narre la vie des Haibane Renmei, des êtres s'appareillant presque à des anges dans la petite ville de Guri, cernée d'un mur infranchissable et quasiment personnifié.
Personne n'a le droit de, ne peut, sortir humains comme haibanes et les seuls personnes pouvant relier la ville au monde extérieur sont les Togas, des hommes masqués et "muets" travaillant pour le compte de la fédération Haibane Renmei (qui gère les allées et venues matériels de nos héroïnes ailées). Entre les deux, le "communicateur", seul Toga qui ait le droit de parler et semble savoir beaucoup de choses sur la ville mais aussi les Haibanes...

ailescroquis
(extrait du livret issu du boîtier dvd : croquis...)

Dès le début de la série, on assiste à l'arrivée d'une nouvelle Haibane dans son cocon et la prise en charge de celle-ci par ses aînées. Peu à peu Rakka, la nouvelle venue prends connaissance de son monde, des coutumes (cf une scène pendant "noël" avec les petites noix colorées faisant du bruit) et des questions lui viennent lentement, surgissant aussi en nous : Quel est donc ce mur infranchissable et surtout qu'y a t'il vraiment derrière où seuls les oiseaux peuvent traverser ? Ce mur serait il crée uniquement pour garder les Haibane du monde extérieur pouvant les corrompre et par là même empêcher "leur envol" au délà de ce monde le moment venu ? Au spectateur de se faire son avis à travers les avis, scènes et impressions disséminées à travers la série, de celà, "Haibane renmei", ne dira jamais la réponse, préférant se consacrer à suivre le trajet de ses "oisillons"....

ailescroquisdeu
(encore le carnet de "croquis", sublime issu de l'intérieur du coffret dividi...)

J'ai dit "oisillon" mais au fond, c'est presque ça, la vieille maison de nos "ailes grises" étant le nid dont il leur faudra bien prendre leur envol, il est facile de voir une comparaison avec l'adolescence (surtout dès le premier épisode où l'on a pratiquement LA seule scène choquante de la série à travers la poussée d'ailes soudaine de l'héroïne et les gerbes de sang qui en surgissent ! Scène à étrangement relier avec les première règles féminines mais ça serait un peu trop simple à ce stade ce genre d'analyse, bref juste hypothèse)...

L'ambiance de la série se veut calme à travers les superbes paysages et scènes contemplatives ainsi qu'une musique folk/classique du plus bel effet, et pourtant sous ces appats alléchants, on sent poindre une certaine tension à travers la disparition dès la moitié de la série d'un personnage important ainsi que la psyché de Reki, étrangement torturée et inquiète. Plus que tout, Ailes Grises montre la solitude d'êtres non humains en apparence (les haibanes semblent tenus de vivre à l'écart de la vie humaine de Guri et ne payent pas leurs dépenses mais notent tout sur un petit carnet qui ira ensuite à la fondation des ailes grises, elles n'ont pas le droit de prendre des vêtements neufs, il leur faut des vêtements usés...On dirait presqu'elles seraient considérées comme des monstres et pourtant non bien au contraire, ce qui est asez étonnant), pourtant émotionnellement terriblement touchants et toute la série oscille entre pardon, rachat, péché et redemption...

ailepisodeuh

Si vous cherchez une série se démarquant de nombreuses productions, à la fois calme et émouvante, à hauteur humaine avec un simili soupçon de fantastique, ne cherchez pas plus loin, Ailes Grises est faite pour vous !