Enfin !
Plus de 14 ans après sa première diffusion en 1992 dans Liquid metal television (qui passait originellement sur mtv mais qu'on pouvait voir sur canal + dans la cultissime et décalée "Oeil du cyclone") et 11 ans après la diffusion de la 3e et dernière saison en 1995 dans les pays anglo-ricains saxons, sort enfin chez nous en dvd remastérisée Aeon Flux, série décalée, ultra violente, brillante, cynique, complexe, remplie d' allusions sexuelles plus ou moins implicites et...

Et en version non censurée et remastérisée, à la différence de ce que les ricains ont eus.

Nyark !

aeonfluxdvdintegra

Comment décrire la joie qui m'a tenaillé quand j' ai eu ce coffret dans les mains en dépensant sans regarder (encore que 3 dvd à 25 euros dans un même coffret avec un packaging artwork de classe ça le fait bien hein) ? C'est simple, j' ai même mis ma copine (la pauvre) devant le fait accompli en lui faisant regarder (bouffer plutôt) 3 épisodes d' affilés ainsi que l' intégralité des épisodes des 1eres et secondes saisons.
Oui, elle est encore vivante, ne vous inquiétez pas hein, je suis pas un monstre non plus (quoique).

Quand même, je dis ça parce que la complexité de la série est... Hors norme.
Et là je m' adresse à ceux qui ont déjà vus les films "puzzle" et "casse tête" d' intelligence et de classe que sont Donnie Darko et Memento. Vous voyez ces films ?

OK alors accrochez vous parce que Aeon Flux c'est aussi balèze.

Et c'est là que la série devient culte : épisodes complexes, trames léchées en plus d'un style de dessin lorgnant sans vergogne vers le comics pur et dur à la Frank Miller (les personnages peuvent même verser dans la caricature !) avec des couleurs criardes ou ocres donnant dans la sensation voulue de malaise. Et le style de dessin change par détails subtiles à chaque épisode tout en conservant la même homogénéïté, c'est assez dingue et il suffit de regarder le visage d' Aeon d'un épisode à un autre pour s'en convaincre.

aeon1

 

Ah oui, la série n'est pas pour les gamins à moins que vous vouliez qu'ils se transforment en Nio 10 à 15 ans plus tard... Perspective peu agréable hein ? :)


1ere saison

A l' origine en 1992 la série était constituée d' un moyen métrage de plus de 20 minutes qui fut sectionné en 6 parties indépendantes pour MTV dans liquid television, ce fut la première saison, laquelle donne tout de suite le ton : plans saccadés et incroyables (notamment Aeon vue de dessous quand elle parcourt une mare de sang avec la vision rouge que pourrait avoir une créature dans cette mare immense rougeâtre !), cadrages maîtrisés à l' extrêmes, idées folles frôlant le n'importe quoi, ultra violence (à la Tarantino !) mâtinée d'humour noir et d'un pessimisme flagrant (il faut voir Aeon abattre une armée de plus d'une centaine de gardes et les corps s' accumuler en tas pour s'en convaincre), fluidité de l' animation (oubliez Uma thurman dans Kill bill volume 1 et son combat dans la maison de "Charlie Brown" et revoyez vous Aeon faire du surf sur un corps accroché avec un grappin à une balustrade et descendant la pente de la cordelette à coup d' uzi dans une séquence filmée en arrière à 45°. Essayez d'imaginer cela...) et bien sûr, des scènes courtes de "sexe soft" avec léchouilles oreille, léchouille langue, léchouille pieds.

Peter Cheung est un peu fêtichiste sur les bords quoi...

 

aeon2

 

Cette première saison à défaut d' indiquer d' autres pistes que la satire et la critique de la vanité de l' être humain mettait au moins bien dans le ton.

Mais le pas est atteint avec la seconde saison : 5 courts métrages (5 minutes a chaque fois) tout aussi muets que la 1ere saison et tout aussi complexes voire plus où a chaque fois, Aeon manquant sa mission et meurt connement, à tel point que ça en devient vraiment jouissif...

...Pour réapparaître vivante dans l' épisode d' après.

A ce stade la série s' élève au rang de concept artistique génial. Retour en détail dessus.

 

2e saison

* Guerre (War)

Un épisode qui démarre en fanfare où Aeon tente de délivrer un prisonnier avant de mourir dès la 1 ère minute. Le prisonnier lui va abattre son geolier avant d' exterminer une armée entière puis de mourir sous les balles d'une personne qui décimera une armée entière avant de périr sous les balles d'une personne qui...

L'épisode dingue qui confine à l' absurde et montre de toute façon bien l' absurdité héroïque de la guerre. Les gens ne sont plus que de la chair à pâté et on se sert des cadavres pour en faire un escalier alors qu'ils sont encore accrochés à des cordes ! Barbare et qui part dans toutes les directions... (note : 3/5)

 

* Gravité (Gravity)

 

Où comment Aeon tente de capturer des documents d' un avion tout en faisant une chute libre à plus de 1000 mètres d' altitude, apercevant un véhicule et des hommes étranges, un train qui contient son amant et supérieur Trevor Goodchild et sa descente impitoyable qui continue. N' ayant rien d' autre à faire, elle prend les jumelles et regarde les hommes en combinaison. Et elle continue de chuter...

Impitoyable, implacable, cynique, bourré d' idées, un épisode essentiel d' Aeon Flux basé sur une chute sans parachute et une totale perte des objectifs. Jouissif. (5/5)

 

* Loisirs

Où comment Aeon s' amuse à s' entraîner aux barres fixes, au tétris avec des bébés extraterrestres avant de se rétamer méchamment dans une compétition pro bouffe ironique....


Méchant, ironique et moraliste mais qu'est ce que c'est bon... (4/5)

 

* Miroir (mirror)

Aeon rentre dans une maison, il est 1 h 01. En tombant, elle se ramasse devant une caméra qui la filme. En allant chercher la personne qu'elle doit assassiner, elle tombe sur le circuit vidéo où un court instant elle envisage de détruire la K7. Puis elle rembobine celle ci et se met à la regarder, hélas la bande a des parasites et au moment où elle se baisse pour remettre la prise, elle ne voit pas qu'a 1 h pile, une personne étrange est passée par le même chemin qu'elle...

Basé sur le jeu avec le temps et le décalage, cet épisode a pour thème la vision, le regard, un thème qui deviendra récurrent dans toute la série, surtout la 3e saison. Aeon en croyant avoir un contrat pour tuer quelqu'un se fait doubler toujours d'une minute ou plus sur son propre terrain avant de se faire assassiner et d' agoniser lentement devant la cassette qui continue de se dérouler. Avant de pousser son dernier soupir, va t'elle pouvoir voir son assassin...? (3/5)

 

* Marées (tides)

Un épisode irracontable autour d'un ascenseur/chambre, d'une clé et d' un compte à rebours qui s' égraine lentement de 7 à 0 et toujours sortir, vérifier la clé si elle correspond à la porte, tirer sur le grappin qui se déploie à l' angle, abattre un garde de l' étage et revenir dans l' ascenseur. Puis recommencer à chaque étage jusqu' au niveau 0 où...
Suspense haletant, musique construite comme un boléro, jeu de pistes, agents doubles, tout l' épisode relève du génial comme Gravité. (5/5 voire 6/5 ah que si.)

 

La première et la seconde saison sont rangées dans le 3e dvd à côté des bonus et documentaires sous l' appellation de "courts métrages aeon flux". Le Pilote 1ere saison lui se voit a nouveau rattaché en une seule et même partie, un peu indigeste alors que les courts métrages 2e saison eux restent totalement indépendant ce qui fait toute leur force.


Les autres bonus eux concernent la conception graphique (photos nombreuses, croquis, story boards, planches, essais), 2 documentaires, un extrait de Liquid Télévision (ah ouais ça fait hyper peur et décalée cette émission quand on y pense... Mais comment j'ai pu regarder ça ? O_o ) ainsi que divers travaux vidéos de Peter Cheung notamment sa pub sublime pour Honda et ses pubs pour MTV ou Aeon Flux le jeu...

... Travaux que vous pourrez visionner et télécharger chez Catsuka si le lien marche encore^^ :

http://www.catsuka.com/focuson_anim.php?id=chung_peter&page=2

La pub Honda est sublime vraiment.

Aaaaah si ils avaient pu mettre un extrait du "matriculated" d' Animatrix que Cheung à réalisé ou encore un extrait de sa série avec Rintaro "Alexander", on aurait touché au suprême bonheur mais non, tans pis, c'est déjà pas mal.

 

 

aeon3

 

 

 

La 3eme saison

 

En 1995, la 3e saison d' Aeon Flux est diffusée à partir du 8 août. Cette fois les épisodes font 25 minutes chacun et Aeon et Trevor les deux seuls personnages récurrents qui s' aiment et s' affrontent à chaque fois sur les trois saisons, parlent comme tous les protagonnistes et les voix sont sublimes. Denise Poirier de sa voix rauque campe magnifiquement la voix originale U.S d' Aeon, une Aeon qui d' ailleurs dans ses rares paroles --pour garder tout le mystère et l' ambiguïté du personngae-- reste aussi cynique quand elle ne fait pas preuve d'un humour décapant.

Trevor Goodchild n'est pas en reste et contrairement à son nom, il n'est pas l' enfant sage qu'il devrait être ou aurait dû être. Quand il n'est pas en train de tirer toutes les ficelles, cet amant/Pire ennemi (leur relation n'est jamais très claire) d' Aeon manigance toujours un sale coup. Déjà dans le premier épisode, il réussit à kidnapper le président de la cité pour devenir calife à la place du calife. Et le peuple ne dit rien comme des moutons... 

 

Voici la liste des épisodes de cette troisième saison qui tient sur les dvds 1 et 2.

 

DVD 1

Utopie ou Deuteranopie ?

Trevor Goodchild vient de s'emparer du pouvoir à Bregna. L' ancien chef, Clavius, à disparu en des circonstances mystérieuses. Ce ne sont pas les affaires d' Aeon mais...

Encore un truc qui démarre follement, on nage même en plein Cronenberg quand on ouvre le ventre de quelqu'un à l' aide d'une clé, parcourt son ventre pour arriver à une chambre avec lit et robes. L' idée d'un espace temps brouillé et accessible uniquement en se mettant sur la même longueur d' onde rien qu' avec des bretelles spéciales est géniale en elle même et réhausse cet épisode portant sur l' identité et la folie, l' usurpation et la trahison. (4/5)

 

Thanatophobie

Aeon et Trevor se battent pour une question d' éthique concernant le sort d'un couple d' amoureux séparé par la frontière lourdement armée entre Bregna et Monica.

Ouh la claque. Douloureux, froid et impitoyable, l' histoire s' attache plus à un couple d' amoureux cherchant à passer de l' autre côté de la frontière par un mur style Mur de Berlin mais lourdement armé de mitraillettes à capteur/caméras. Assez implacable. (5/5)

 

Une dernière fois pour toutes

En clonant Aeon, Trevor découvre que la ressemblance ne s' arrête pas seulement à son physique...

L' identité même celle d' un clone peut elle être la même que celle de l' original ? Partant de ce principe, L' Aeon originale et la Aeon clonée s' entendent pour s' interchanger et faire tourner Trevor en bourrique pour mieux le casser sentimentalement. Oui mais voilà, l'une des deux tombe définitivement amoureuse au point de vouloir en oublier sa propre liberté. Au final, l'une des deux devra disparaître, l' originale ou la dupliquée ? Et si la clonée n' était pas celle que l'on croit et vice versa pour l' originale ?
On s' enmêle et c'est ça qui est bon. (5/5)

 

Hypothèse de la dérive éthérée

Les expériences de Trevor en matière de vie artificielle sont gardées dans un écosystème nommé l' Habitat.Tout un océan de liquide paralysant le protège des intrusions d' influences extérieures...

Mon 2e épisode préféré avec Thanatophobia. Un immense cube sous une mer paralysante laissant les gens en semi vie et Aeon qui arrive et perturbe tout ça juste en faisant tomber ses munitions dans un conduit d' égout et voilà que tout commence à se désagréger.
Non seulement un espèce d' acide parcourt le cube mais le liquide paralysant s'y engouffre aussi et l' Habitat en plus de se désagréger, coule aussi petit à petit....(5/5)

 

La purge

Aeon est sur les traces d'une brute criminelle : Bambara, un être abject. Et elle craint d' avoir été "contaminée" par un programme de modification de comportement mis au point par Trevor...

Encore un épisode qui regorge d' idées : un tuteur mécanique pour donner une "simili conscience" de bonté aux criminels, la poursuite démoniaque du train, la secte de folles qui ferait passer le MLF pour un groupe hippie des 60's, les cadrages et le sniper lors des files d' attente, tous ces gens qui viennent pour manger non pas une soupe populaire mais du chou gouuutte ...
Gros décalage avec pourtant cette question sérieuse sur le bien, le mal, l' identité encore. Peut on donner une bonne conscience aux criminelles quand même leurs bienfaiteurs font le mal ? Ambigüe. (5/5)

 

 

DVD 2

 

Le démiurge

Aeon Flux et les forces de la résistance Monicane ont capturé le Démiurge, une créature divine et puissante. Elles se préparent à l' envoyer dans l' espace pour débarasser la Terre de son influence. Les Breens, dirigés par Trevor Goodchild se battent pour empêcher son lancement...

Que faire si Dieu ou un Dieu arrive sur Terre et convainc le monde entier qu'il est bon, que tous doivent croire en lui, qu'il faut arrêter de se battre et qu'il peut ressusciter les morts ?
Ben il devient une drogue puissante et inquiétante. Si on ne peut plus mourir, quel intérêt de vivre ? D' autant plus que ce Dieu se développe dans tout humain ou créature, chat, oiseau qu'il rencontre, comme un parasite... Un peu inquiétant.
Comment critiquer la foi et la religion par Peter Cheung. Episode sympathique mais faible dans son traitement qui rappelle le dieu de Star Trek V en plus bleu et moins agressif. (3/5)

 

La chambre secrète

La dernière obsession de Trevor Goodchild est une femme oiseau sublime qu'il détient enfermée, au loin dans une chambre secrète. Aeon pourra t'elle a nouveau déjouer ses plans ?

Un épisode où Aeon retrouve une amie d' enfance, espionne elle aussi, qui vient de rompre avec son ex, et ce couple d' homme et de femmes oiseaux que tout le monde convoite, même l' amie d' Aeon qui n' hésitera pas à la trahir...(3/5)

 

Réeffacement

Aeon doit mettre fin aux effets d'une mission gagnée quand elle apprend qu'une victime innocente doit en faire les frais.

Le thème de la mémoire, de la perte de celle-ci et du sacrifice de soi par amour pour un autre. La fluidité et l' histoire sont au top, on se croirait chez ph.K.Dick... (4/5)

 

CHRONOPHASE

La lutte d' Aeon contre Trevor est surpassée par une menace les concernant tous les deux, elle vient d'une ancienne et mystérieuse force du mal.

Montage frénétique, jeu sur le temps, paradoxes temporels à la Tarantino, séquences en boucle, on n' échappe pas au vortex de cet épisode, où peu de questions sont élucidées. Tous les futurs restent possibles et ouverts jusqu' au final l' apparition d'un temps statufié qui n' est qu'une porte ouverte sur NOTRE dimension. D' où venait ce bébé, est celui qui a maintenant des crocs aiguisés, qui règne tel un semi dieu ? Qui est cet enfant gardien du sanctuaire ? L' unique survivant d'une expérience qui a mal tourné ? Pourquoi tout recommence, pire que "un jour sans fin" ? (5/5)

 

Sinistre fin

Aeon chasse Trevor dans le futur pour des milliers d' années plus tard se retrouver seuls tous les deux.

Cette fois, ça se termine très mal pour tout le monde.(5/5)

 

 

Ce qui frappe c'est que la série a été remastérisé intégralement et oh mazette !!!!
Moi qui ait les épisodes enregistré voilà quelques années sur MTV france lors d'une rediffusion lointaine, je reste sur le cul.
Le mot "remastérisation" prend vraiment pour cette fois ses lettres de noblesse, c'est pas possible.

5.1 français, 5.1 anglais et même la VF est sublimement faite même si évidemment elle est moins impressionnante en comparaison des V.O, notamment la voix de Denise Poirier, notre aeon américaine. Mais bon vous pouvez oublier le mono hein...

Du côté de l' image fini le jauni, ça pète de partout et on a même rajouté des effets de lumière.

Sans compter à chaque épisode un commentaire audio intelligent qui laisse respirer l' oeuvre et garde tout mystère dessus alors c'est bon ! C'est trop bon !!!

 

aeon4

 

 

Une série indispensable pour moi, oh que oui !!

Et pour clouer le tout, je vous envoie à cette sublime chronique sur le site "dvdenfrançais" dont je met un extrait :

Citation :

(...) "Les scénarios d'une violence extrême, aussi bien physique qu'intellectuelle, des histoires à déroulements non linéaires, des fins rarement heureuses et une propension de "l'héroïne" à manquer ses objectifs de manière spectaculaire sont le squelette de la série. Les limites ne sont jamais nette, Æon effectuera des mission aussi bien pour Monica que pour Trevor, qui lui même travaillera plus d'une fois contre le camp qu'il dirige. La série est un opéra Wagnérien dans sa forme, Kafkaïen dans son fond auquel on assiste médusé, le cerveau pas vraiment certain des informations que l'écran cathodique vient tout juste de distiller.

Peter Chung s'amuse avec la vision du spectateur, il la modèle faisant pencher les sympathies d'un coté ou de l'autre au gré de son plaisir, certaines fois au sein d'un même épisode, le court métrage War en est un excellent exemple. Il n'existe pas de thème ni même de message, si ce n'est, peut-être, la futilité de ces derniers. L'oeuvre est souvent déroutante et l'interprétation n'en est jamais facile, si tant est que l'exercice ne soit pas tout simplement futile.
Le style même du dessin est à l'extrême pointe stylistique des comics américains du début des années 90, le trait est très visible, le dessin tout en ligne, les caractéristiques des personnages sont soulignées à tel point qu'ils en deviennent laids, un dessin très dur se situant quelque part entre celui de l'Elektra de Frank Miller et du V for Vendetta d'Alan Moore. "



c'est ici : http://www.dvdenfrancais.com/titres/index_critiques_template.php?key=10333

Pour moi cette série est indispensable...