followingeuhey

Bill est apparemment un jeune homme ordinaire, un Londonien comme tant d'autres. Mais Bill se rêve romancier et c'est sans doute pour celà qu'il suit de manière quasi-obsessionnelle des inconnus repérés au hasard de ses errances.
Où vont-ils ? Que font-ils ? Quelle est leur vie ?
Un jour, Bill suit Cobb, un fascinant dandy cambrioleur. Cobb deviendra pour lui un ami, un mentor, un complice, un confesseur et une source d'inspiration. Mais les apparences peuvent parfois être trompeuses et Bill ne ressortira pas indemme de cette rencontre.


1er film de Christopher Nolan avant Memento et déjà, le sens des cadrages ainsi qu'une histoire alambiquée mais compréhensible et celà par le procédé que Nolan utilise. Dans "Memento", tout se déroule à l'envers. Dans "Following", le film ne cesse de creuser d'incessants aller-retour entre présent, passé et futur. D'une situation racontée par le héros au présent, celà devient le passé et le film alterne constamment les flashbacks si bien que le spectateur concentré remarque les accumulations de détails placés ça et là (le bonhomme de bois qui se brise, les boucles d'oreilles) qui font avancer l'histoire. D'ailleurs chaque détail compte dans cette histoire d'arroseur-arrosé et l'on se prend rapidement au jeu de ce polar au nombre limité des acteurs.

Nolan exploite le peu de lieux et de moyens avec une économie assez rusée, refaisant jouer la caméra dans des endroits déjà vus (mais sur une strate temporelle différente de quelques jours, semaines, mois) et l'emploi du noir et blanc du petit budget inscrit d'un coup le film dans le registre du film noir.

Pour son premier film, le britannique faisait déjà fort puisqu'il reçu le 1er prix au festival international de Roterdam en 1999.
Premier film qui laissait entrevoir le coup de maître de "Memento" peu de temps après...