shootagaiiiiin  Shoot em up ! ...est actuellement au cinéma et son casting de stars (Clive Owen, Monica Belluci, Paul Giametti) ne justifie en rien le fait de voir ce film ou pas. Car Shoot em up tient plus du jeu vidéo shooté (d'ailleurs le shoot'em up, c'est une catégorie de jeux vidéo au passage) et du tex avery ou de l'animé japonais filmé live (les référence au monde du cartoon abondent tant dans les répliques que les personnages et les scènes d'action) que d'un film a peu près réaliste. Giametti cabotine en diable, Belluci joue toujours aussi mal (mais je respecte Belluci pour ses choix de rôle par contre. Ce n'est pas n'importe qui qui aurait accepté de jouer l'insoutenable scène de viol d'Irréversible, ni de ne faire que de la figuration de 5 minutes chez Terry Gilliam ou jouer comme dans ce film une prostituée comme chez Blier --Combien tu m'aimes ?--) et Clive Owen dans le rôle d'un Bugs Bunny (avec la panoplie complète : carottes, gants blancs, répliques !) flingueur et hargneux est en parfaite roue libre. Au final, on obtient des scènes de gunfights pétaradantes, irréalistes en diable, des répliques a la Tarantino (mais en plus vulgaire et sans la subtilité dont l'ami Quentin peut faire preuve parfois. Exemple de réplique dite par Giametti dans le film : "donnez-moi la liste de toutes les prostituées laitières de la ville en période de lactation ! " ...C'est dire... *sic*), un film sans scénario, du gros n'importe quoi, bref au final, un film bordélique et couillon, un vrai nanar rigolo qui ne se prend pas au sérieux. Par contre si vous cherchez un vrai film au cinéma actuellement, passons à la chronique ci-dessous...

 


 

affichecontrol2  Film crépusculaire mais terriblement sensible, Control d'Anton Corbijn suit de près la trajectoire météoritique du chanteur et leader Ian Curtis de Joy Division. Le titre étant lui-même inspiré d'une des plus fameuses chansons du groupe ("she's lost control") mais aussi de la vie flambée de son chanteur, on aurait pu s'attendre a un gros film rock façon the doors d'oliver stone et bien pas du tout ! Corbijn, déjà photographieur du groupe dans cette période (et non pas clippeur. Si Corbijn a réalisé de nombreux clips pour un groupe fétiche c'est Depeche Mode et j'en parlais déjà là...) a gardé le côté intime et sensible de ces clips (Corbijn n'a jamais vraiment utilisé les tics qu'utilisent généralement tous les clippeurs de musique : accélération, cut-up, ellipses, ralentissements, montage hystérique....) pour filmer au plus proche Sam Riley, incroyable de justesse dans le rôle du chanteur disparu. C'est bien simple, Riley joue vraiment Ian Curtis, il est vraiment dans la peau du chanteur et transfigure avec une incroyable grâce cette incarnation recrée et filmée, aussi près de l'original. Et rien que pour celà, il faut voir Control, meilleur film en salle pour qui s'est un tant soit peu interessé a ce groupe de rock qui entra dans l'Histoire par sa musique et (il faut bien le dire) la disparition de son chanteur (comme Nirvana, Les Doors etc etc...) du mois. Voire, l'un des meilleurs films de l'année. Et si vous aimez le groupe et que vous êtes déjà un fan convaincu, vous allez doublement aimer le film.

controlgroupe


 

sceausceau  En pleine Bergmanorama personnelle, Le septième sceau, son film le plus connu (même par les amateurs cinéphiles de films d'action, remember l'énorme hommage que lui donna John Mc Tiernan dans Last Action Hero : Le personnage de la mort issu du film sortant de l'écran, pure incarnation du cinéma devenue réelle et signifiant donc doublement la mort dans cette réalité !) est de loin le plus accessible et facile d'accès de son auteur. Film historique en costume doublé d'une interrogation métaphysique sur le sens de la vie, je m'attendais a quelque chose d'austère mais il n'en fut rien. De belles scènes doublées d'interrogations inquiétantes, des séquences d'anthologie (comme ici, la mort jouant aux echecs avec le cavalier solitaire) et un humour bien noir qui font que finalement on ne s'ennuie pas une seule seconde. Bon, très bon film. Bergman était grand.