A télécharger avec cette note (cliquez sur "free user" et attendez) : "Aquarium / Personnage aux longues oreilles" de Camille Saint-Saëns, extrait du carnaval des animaux. Morceau en m4a, donc lisible avec itunes, chers amis. :)

malicky
Générique de fin de "Badlands" (La ballade Sauvage - Terrence Malick)

Je ne remercierais jamais assez les génériques de fin des films car c'est grâce à eux que j'ai découvert des artistes dont, pour certains, je n'aurais pas fouillé suffisamment la discographie (Philip Glass), quand d'autres, je ne connaissais même pas le morceau de musique en question (Arvo Pärt, Camille Saint-Saëns) mais que, du fait de son association avec une image en mouvement déjà plus que chargée de force, cette musique, déjà puissante en soi, gagnait une force nouvelle et obtenait son objectif : frapper au coeur.

Ainsi, fréquemment, quand le film me subjugue suffisamment, je reconnais que sa réussite est aussi liée à sa musique (même si le réalisateur possède une maîtrise technique formidable). Evidemment, pas pour tous les films, mais pour certains, ça fait mouche. Ainsi, comment ne pas parler de mon émoi à l'écoute de Carl Orff dans "la ballade sauvage" ou de l'utilisation que fait Terrence Malick du "Aquarium" de Saint-Saëns dans "Les moissons du ciel" (Days of heaven). La vue des génériques de fin me permet grâce à ma télécommande (si c'est un dvd ou une vhs) ou à internet (si film vu au cinéma) de recopier les thèmes utilisés sur papier pour les chercher ensuite et les écouter au casque (rare) ou sur la chaîne (je suis plus un afficionado de la hifi et de la qualité du son procuré que du mp3).

Puis, surviennent les difficultés de se procurer l'oeuvre sonore. Récemment, je montrai le "Syndrôme de Stendhal" de Dario Argento (1997) à mon père et la musique d'Ennio Morricone, composée avec un plaisir évident par le Morricone (qui retrouvait là le Dario après une longue période étant donné qu'ils avaient déjà collaborés ensemble dans les années 60 pour des "Giallos" comme "L'oiseau au plumage de cristal" (1969) ou "Le chat à 9 queues" (1970)) me fit une nouvelle fois grand plaisir à la vision du film. Hélas, cette bande-originale est des plus rare, et comble du comble, fréquemment oubliée dans les multiples compilations d'Ennio Morricone...

Alors, face à la rareté de nombreuses oeuvres, inutile de vous décrire l'immense joie de l'amateur de bandes originales de film quand un jour, il trouve ou reçoit chez lui, un disque avidemment et longtemps recherché et que l'écoute ne fait qu'amplifier son plaisir. Il y a une semaine par exemple, j'ai reçu chez moi, le "Candyman" de Philip Glass que je cherchais depuis des lustres.

Autant dire que ma joie continue encore et encore.

terrency
Générique de fin des "Moissons du Ciel" (Days of heaven - Terrence Malick)