Au risque d'en décevoir certains, non je n'étais pas mort. gneeuh

Par contre il est vrai que je m'étais un peu lassé de mon blog dernièrement, repoussant inconsciemment les multiples envies d'y revenir (en plus d'être pris par de multiples activités --d'ailleurs après Venise, je suis parti cette fois un peu plus longtemps, dans le nord de l'Europe en octobre). Pour la petite histoire, je blogue depuis 2004, soit maintenant déjà 6 ans pratiquement. Au début par jeu, puis, comme dans toute relation bien amorcée, on finit par s'investir considérablement. Le problème, c'est ce qui peut interférer autour... Etant de nature bordélique, le fait de planifier en détail une activité qui finit par demander de la rigueur au détriment d'autres passions finit par devenir trop exclusive et étouffer le pauvre paladin du woueb que je suis.

Et comme j'étais assez créatif artistiquement avec mes petits crobards et que j'avais plein d'idées, j'ai, une fois de plus, vous vous en doutez chers lecteurs adorés, fait une grande pause, attendant de ressentir le reflux de la vague revenir (il ne repart jamais très loin donc bon). Une faim pantagruelique de films amorça lentement le désir de bloguer à nouveau comme un ptit fou, en y mettant le hola (Hombres !) toutefois car comme dirait l'autre "dans la vie, y'a pas que le net".

Parfois je me demande si je ne vais pas arrêter de bloguer véritablement, qui sait... Vous en pensez quoi vous ?

Bon allez, foin de paroles, reprenons. hahaclin

 

--------------------

 

indy1

indy2

Captures 1 et 2. Indyyyyy. ♥

 

Notre périple continue donc avec un détour par Indiana Jones et la dernière croisade. Et (capt 1 et 2), comme à chaque Indy, vous remarquerez le plan avec itinéraire (ils devaient en payer des pots-de-vin à Michelin  à l'époque rho dis donc) et l'éternel tracé rouge. Or Indy et Marcus partent en avion de New York et arrivent à Venise en... Vaporetto. N'y aurait-il pas un problème ?

STA60017

STA60018

Captures 3 et 4, photos by me : Gare Santa Lucia. ♥

 

Non, si on part du principe que l'avion qui transporte nos héros s'est posé à l'aéroport Marco Polo, situé de l'autre côté de la Lagune, près de la ville de Mestre. L'aéroport dessert d'ailleurs la ville par vaporetto. Donc, il est évident qu'ils ont d'ailleurs dû faire un détour par Marco Polo mais cela, Spielberg l'élude. Sans doute plus parce que c'est plus classe d'arriver en bateau que pour des raisons de budget je pense. L'autre moyen d'arriver à Venise, c'est donc par train. Evitons l'Orient Express, je doute que vous en ayez les moyens chers lecteurs. Reportons nous plutôt sur les trains basiques de la compagnie Artesia. On part de la gare de Paris Bercy (oui, oui, j'ai découvert que Paris Bercy avait une gare avec des trains en partance pour l'Italie. Depuis 3,4 mois, je reste encore choqué, c'est dire. humsif) à la nuit tombée pour arriver au petit matin à Venise. Sur le papier ce doit être vachement romantique j'avoue (c'est mon côté fleur bleue qui a été attiré), au final, les conditions de voyage révèlent parfois du chaos. Pour ne pas déflorer mon post par des considérations vulgaires, je vous encourage à fureter sur les forums des guides du routard, ahem. M'enfin bon, je peux aussi raconter dans les commentaires si on me demande, vous verrez c'est pas triste. Façon de parler.

 

indy4

Capture 5 : Indy and friends.

P1030261

Capture 6, le même endroit, quelques mètres après le pont. Photo par mon frangin.

 

Tiens, y'a quelque chose de rigolo avec ces images (5 et 6), surtout quand on est déjà allé plusieurs fois à Venise. Outre que je peut identifier précisément que l'on est dans le quartier de Santa Croce, la rue tout au fond est en fait bloquée. Eh oui, dans les deux photos (le film comme celle de mes wacances), vous remarquerez tout au fond une porte d'un bleu très sombre. Vous me direz alors que Spielberg se fiche de nous, nous prendrait pour des incultes et tout et tout, mais non parce qu'il y a une rue à droite qu'on ne remarque pas du tout du tout. Par contre, si je me souviens bien du film, Indy, Marcus et la jeune fille se dirigent ensuite sur les traces du popa en passant par une bibliothèque. Dans la réalité, je veux pas être méchant mais ils vont dans la mauvaise direction, huhu.

 

indy5

indy6

Captures 7 et 8 : Indy découvre les joies des courses de Riva. ♥

 

Dans les captures 7 et 8, vous remarquerez que notre Harrisson Ford des familles cherche lui aussi un vroum-vroum motorisé, un joujou extra qui fait crac-boum-hue (Dutronc sors de mon corps). Les espèces de poteaux en bois que j'ai longtemps crû que c'était des sucres d'orge géant (normalement ils sont dotés de rayures rouges, ici c'est bleu) sont ce qu'on appelle des palines. Ces épieux d'amarrage sont taillé dans le même bois. Les couleurs étaient autrefois associées aux différentes familles de nobles de la ville. Ces captures et les suivantes montrent un endroit peu connu de Venise...

 

indy7

indy8

Captures 9 et 10 : Indy, la poursuite, le retour.

 

... Il s'agit en fait de toute une partie industrielle, située au Sud Est de la ville, près de Dorsoduro, composée de chantiers d'immenses navires et paquebots (une autre manière encore d'arriver à Venise. Je crois que Corsica Ferry propose un arrêt à Venise si je me souviens bien). Il y a aussi plus au Sud Ouest, le port de l'Arsenal où se situe le musée d'histoire navale et une bonne partie des gondoles et navires de (Donald) pleasance. Dans la capture 10, Indy revient donc avec le Riva, il aborde en fait un ponton pas loin de  la place San Marco. Je le sais parce que je repère en face l'église Santa Maria Della Salute qui se situe à la pointe sud Ouest de Dorsoduro.

 

Voilà pour ce qu'il en est de cette 2e partie de Panorama les zamis. Le prochain post fera une pause et reviendra à une chronique de film plus basique. IhappyloveItplz_by_IloveItplz

 

Ou pas.