male

 

Céline, une gamine de quinze ans, a fui de chez ses tuteurs. Elle a élu domicile dans la dépendance d’une maison bourgeoise, à l’insu de ses propriétaires, le juge Van Eyck et sa femme. Découverte un soir, elle parvient à se faire accepter, et jour après jour, s’évertue à séduire ses nouveaux hôtes. Jusqu’à ce qu’une série de révélations les amènent à douter que sa présence ne tienne qu’au hasard

  

"Quand y'a pas de confiance, y'a pas de confiance !" (Un des merveilleux dialogues du film. gneee)

"Et donc tu vas le chroniquer demain ? T'as bien du courage." (Ma mère cinéphile qui a vu le film avec moi gneee)

 

Effectivement.

Non pas que le film soit mauvais, attention. Au contraire, il y a de bonnes choses et de bonnes intentions mais comme l'on sait, ça ne rend pas toujours une oeuvre meilleure qu'elle peut l'être et il est toujours douloureux de voir quelque chose qui a bien commencé se saborder complètement en son milieu pour déboucher sur une suite d'incohérences, de défauts et de prévisibilité qui laissent au final un mauvais goût en bouche. Et grâce à Cinetrafic et aux opérations dvdtrafic organisées avec de multiples blogueurs, cette chronique est là pour mieux éclaircir (ou tenter de...) l'ensemble du film.

 

male2

 

D'abord, il faut rendre à César ce qui est à César et disons le nettement, le trio de comédiens principaux s'avère des plus justes. Surtout la jeune Anaïs Demoustier qui fait preuve d'un talent plus qu'évident (je remercie au passage Zylo qui distribue le film -- DVD sorti le 5 janvier-- et permet ainsi à beaucoup de découvrir la petiote) et se place à jeu égal face au Rohmerien Pascal Greggory ainsi que Ludmila Mikaël. Il en est même évident que ces derniers sont si justes que malheureusement les autres comédiens ne peuvent supporter la comparaison tant dans leur jeu que le personnage parfois caricaturé qu'ils doivent incarner, mais les défauts, on va y venir, un peu de patience.

 

Sur le plan de la mise en scène, Olivier Coussemacq, dont c'est le premier film (de fiction puisqu'il a déjà pas mal travaillé dans le documentaire apparemment), s'en sort d'ailleurs remarquablement bien. Tourné grâce au soutien de plusieurs régions, dont la région Picardie, il a l'oeil pour mettre en valeur le décor de grandes maisons bourgeoises (Amiénoises ?) semblant échapper de la fin du XIXe siècle. Ainsi il utilisera à fond l'espace d'une chambre, la profondeur que peut donner un escalier majestueux sous plusieurs angles, sans oublier la lumièe fournie dans ce même lieu qui permettra de donner un surplus d'ambiance non-négligeable.

 

male3

 

L'histoire en elle-même démarre bien et il est judicieux de placer une personne de haut-rang tel qu'un juge, dans l'engrenage que Céline va lentement déclencher par une manipulation subtile. Je ne sais si Coussemacq fait un clin d'oeil malicieux en la présence du nom Van Eyck en lui-même puisque les amateurs d'Art se rappelleront que Van Eyck était aussi à la base un peintre flamand célèbre pour sa toile des Epoux Arnolfini (1434, hop, photo ci-dessous). Allez, ouvrons une parenthèse, je n'y résiste pas. Dans cette fameuse toile, le peintre à peint des personnes de haut-rang dont la sobriété des visages, un peu en retenue ne permet pas de se rendre compte qu'il s'agit en fait d'êtres venant de se marier et qui vont consommer leur nuit de noces très prochainement (ça sert d'avoir eu des cours d'Histoire de l'Art les amis). La toile est célèbre pour deux raisons. La première, évidemment picturale où la composition (espace, couleurs, traits des personnages) est d'une beauté et d'une justesse fabuleuse. Ce genre de portrait de couple a longtemps été repris et constamment modifié avant et après Van Eyck mais il est évidemment que ce dernier reste unique et des plus réussis.

 

vaneyck1

vaneyck2

 

La seconde raison, c'est ce fameux miroir au fond où le peintre s'est dessiné lui-aussi, immortalisant par la peinture aussi bien le couple en présence que lui-même, dégageant par la mise en abîme une sorte d'autoportrait caché.

Je ne sais si Coussemacq est conscient de toute la richesse insoupçonnée que le nom Van Eyck peut apporter. On décèle pourtant là aussi la même ambition de dépeindre (par la caméra), un couple de notables de son époque (la nôtre) mais cette fois, où la flamme du mariage s'est totalement éteinte. C'est peu dire que cette adolescente étrange et trouble va mettre du piquant dans le couple, puisqu'ils vont quasiment l'adopter comme leur fille après quelques réticences... Malheureusement, l'histoire qui avait si bien commencée choisit de se saboter d'elle-même en plein milieu. Déjà, le personnage de Céline qui ne permet pas totalement une profonde empathie avec le spectateur. Bien sûr l'on comprends très vite la raison de ses actes, qu'elle-même est fragilisée à l'extrême et que sa posture souvent dédaigneuse ou méprisante adoptée en telles et telles circonstances cachent un profond mal-être (que l'on va découvrir par la suite).

Mais ses actes n'en restent pas moins moralement discutables et imposent une mise à distance vis à vis du spectateur. Mise à distance que ne semble plus comprendre notre juge qui va finir par tomber sous le charme de cette Lolita frenchy (soit) jusqu'à s'enfoncer littéralement (et les dialogues n'aident hélas pas toujours). Etrange pour un personnage si bien construit, certes replié sur lui-même (au passage message secret pour tous les cinéastes et auteurs en herbe : Arrêtez avec la bourgeoisie ou la pauvreté en France. Sérieusement, il y a les classes moyennes, il y a nous. Et nous composons la majeure partie de la population française. Merci d'en tenir compte la prochaine fois que vous voulez faire acte social à travers un film, au lieu de constamment vous en tenir à ses deux extrêmes souvent peu représentatifs) mais pourtant pas dénué en même temps d'ouverture et de sensibilité. Non seulement il est musicien mais il partage avec la jeune fille le goût des livres, notamment des intrigues policières. Or, il s'enfonce sans jamais tenter de prendre du recul.

 

male4

 

Ce qui handicape le plus le film est ce personnage de jeune, soit-disant petit-ami de Céline, simili-punk au rabais, garçon perdu, en fait une victime manipulée de plus. Je comprends la volonté du réalisateur de montrer le charme vénéneux et quasi-innocent qu'incarne le personnage joué par Anaïs Demoustier, mais fallait-il pour autant s'attarder sur lui au risque de perdre toutes notions de rythme d'une part, d'amener des clichés et du prévisible d'autre part ? Au milieu du film, quand ça commence à s'emberlificoter menu, je chuchote à ma moman : "Aie, j'ai peur de deviner la fin à l'avance, j'espère sincèrement qu'il ne tombera pas dedans". Quand la fin est arrivée, j'étais consterné : C'était ce que j'avais prévu à l'avance, malheureusement, nous délivrant quelque chose de déjà vu et revu aussi bien dans le cinéma français que dans la bande dessinée ou les téléfilms.

 

whyo

Je me pose aussi la question.

 

Et n'oublions pas les incohérences et oublis du film dans cette seconde partie. J'en livre une qui n'a pas manque de me consterner, en adorateur des animaux que je suis. Les époux Van Eyck ont un chien. Soit. Ils s'en occupent peu mais il sert quand même à quelque chose puisqu'un plan le montre en train d'aboyer parfois derrière la grille qui entoure la propriété. Bon, on ne le vois pas toujours mais à ce stade, on est indulgent, on se dit que le juge et sa femme doivent le rentrer de temps en temps, ce genre de détails. Et puis arrive notre escogriffe, notre djieunz dont on a appris plus tôt que l'un de ses hobby est d'attaquer des chiens (sans doute pour montrer le peu de virilité qu'il a encore, lui qui ne se rebiffe aucunement envers Céline ou trop tard), les tuer et voler les colliers. Pour décorer son mur, voyez-vous. Il faut bien montrer qu'il est malade le pauvre, qu'il tourne pas rond hein, même en utilisant des gros sabots. Bref à un moment, notre djeunz passe devant la maison des époux.... Je vous laisse imaginer la suite.

Et en fait ça ne sert à rien ou sinon à choquer complètement le spectateur. Vu que le chien a peu d'importance, et ben, ça sert à rien mais faut quand même le mettre dans le film, voyez-vous. Même les époux n'en ont rien à carrer de leur chien. On serait chez Haneke et dans Funny Games où l'on se doute qu'une chose horrible est arrivée et terrée sous la voiture mais même là, on ne sait si Céline a caché le corps ou si elle s'en fout elle-même. C'est formidable. A ce stade j'ai eu presque des envies légitimes de meurtre, vous savez.

Et voilà, toute la seconde partie du film fait dans le nawak. Nous étions consternés ma mère et moi de voir le naufrage en direct d'un navire qui avait si bien pris le large.

Dommage.

Reste la ptite Demoustier très convaincante et sur ce point, encore merci à Zylo de pouvoir donner envie de voir les autres oeuvres où elle joue, tant son talent est évident. Bref d'aider à supporter et promouvoir une grande actrice en devenir.

Mais sinon le film est un ratage et ça me fait mal de le dire.

 

- Découvrez d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film 2010 et la catégorie Le thriller psychologique.

 

==============

 

Il y a une bande-annonce et surtout un petit making-off en bonus. Surprise de voir un réalisateur en jogging sur le tournage alors que tout le monde est bien habillé, puis de le voir complètement à l'ouest avec des poches de fatigues sous les yeux quand il parle de son film malgré son évidente sincérité. Tant pis. J'espère que pour son prochain film (car comme je l'ai dit, sa mise en scène s'avère assez soignée), il y regardera à deux fois sur le scénario. Sinon ça n'apporte pas grand chose.