The_Avengersaffiche

 

Lorsque Nick Fury, le directeur du S.H.I.E.L.D., l'organisation qui préserve la paix au plan mondial, cherche à former une équipe de choc pour empêcher la destruction du monde, Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, Hawkeye et Black Widow répondent présents.
Les Avengers ont beau constituer la plus fantastique des équipes, il leur reste encore à apprendre à travailler ensemble, et non les uns contre les autres, d'autant que le redoutable Loki a réussi à accéder au Cube Cosmique et à son pouvoir illimité...


A l'occasion d'une avant-première, je casse un peu mon cycle de "voyages" pour faire ce que je ne fais généralement pas comparé à plein de blogueurs, du Buzz (ou Buzz-moi pour reprendre Aurélia Aurita). gneee

Samedi je participai au grand Marathon Marvel au Grand Rex. Le principe en était simple, il s'agissait de s'enfiler quasiment tous les films réunissant une partie des super-héros Marvel qui va ensuite mener à la création du SHIELD (en VO : Strategic Hazard Intervention, Espionage Logistics Directorate. Ce qui est traduit en français dès Iron Man (2008) par Bureau Stratégie Habilité Intervention Execution Logistique Défensif !), directement le bouclier des forces de défenses américaine en dernier recours. Et donc un bouclier composé de super-héros faisant équipe. Il était donc plus ou moins nécessaire de remettre dans le contexte les autres films Marvel liés aux vengeurs du SHIELD avant la réunion finale de 2012 avec The Avengers.

Ce qui nous amène déjà à une première question importante...

 

iron2a

Générique de fin d'Iron man.

captain2a

Générique de fin de Captain America - The first Avenger.

 

Faut-il vraiment avoir vu les films des super-héros concernés avant de voir The avengers ?


Oui et non justement.

Non parce que la force du film c'est de bâtir des personnages suffisamment iconiques et possédant déjà une forte personnalité pour avoir déjà en l'état un bon film de super-héros qui envoie de la castagne, quitte à être parfois très violent (ce qui est déjà en soi une intéressante surprise, le film ne faisant pas vraiment de concessions). Pour ne rien gâcher l'ensemble se révèle toujours lisible dans les scènes d'action, fun, bourré d'humour tout en adoptant un climat très fin du monde dans sa dernière partie avec des scènes de destruction à la Transformers de Michael Bay, un scénario en plus.

Oui quand même et là le film se révèle doté d'une dimension supplémentaire qui le hausse très nettement d'un cran. D'où l'intérêt de films qui le précèdent car sur ce point, The Avengers va démarrer brusquement (Attaque des bâtiments du Shield avec un Loki plus en retrait dans Thor (2011)) et approfondir des points soulevés dans les films précédents, jouant sur l'humour de situations alors déjà vues, leur décalage et approfondissant le tout. Ainsi notre Captain America (2011) qui développait une petite critique de la propagande américaine (pas suffisamment développée mais là n'était pas l'intérêt premier) montrait un Captain victime de l'effort de guerre et sous-exploité qui devenait un héros en s'affranchissant de cette situation (pour aller sauver son meilleur ami). Or même en tant que héros, le captain Steve Rogers était indissociable d'une époque et d'un temps donné.

D'où une fin qui me fait toujours autant monter la larmichette aux noeils (c'est ça, raillez-moi, raillez-moi). D'où le fait qu'il soit devenu une icône et que l'on en joue subtilement et avec beaucoup d'humour dans The avengers, ainsi d'un agent Coulson qui sort ses cartes vintages collector de Captain America ou de Bruce Banner avouant qu'il adorait lire les comics de ses aventures ...quand il était gamin. Et le film permet d'apporter de plus une réponse à la question que se posent les fans de Rogers : Va t'il s'habituer à ce XXIè siècle ?

 

thor1a

Le Bifrost dans Thor, le pont vers le Royaume dimensionnel d'Asgard.

captain1a

Le cube cosmique (ou plus précisément Tessaract) dans Captain America et la porte ouverte vers son appartenance d'Asgard

 

Il y a donc beaucoup d'aspects des précédents films qui sont mis en avant et approfondis. Ce qu'il y a de passionnant dès lors avec The Avengers, c'est qu'il construit une certaine forme d'unification à tout ce que nous avions vu précédemment. Il n'est donc pas étonnant de voir l'agent Coulson (*), La veuve noire (**), Oeil de faucon (***) ou Nick Fury bien plus au premier plan là où ils n'intervenaient qu'en seconds rôles dans les précédents films, souvent pour "la" séquence cachée et bonus en fin de film juste après le générique (au passage les fans de comics vont reconnaître ce qui se cache dans la séquence "finale" de The avengers et vraiment avoir une attaque pour le coup !).

Dans cette même tentative d'unification d'une seule et même grande histoire, le film fait donc intervenir des personnages (et l'objet du Tessaract) dans ce film. Loki, plus effacé, prend ainsi une nouvelle ampleur qu'il n'avait pas dans Thor (ou différemment puisque le personnage ne devenait actif que vers la fin) et il n'est plus seul : le design de l'armée extraterrestre qui l'accompagne fait aussi bien référence au design de Thor qu'a des mélanges organiques jusqu'ici peu vus dans les films de la saga (ou peut-être dans L'incroyable Hulk, mais bon...).

Sans compter les vannes et références que peut balancer un Tony Stark toujours aussi déchaîné (pour enfoncer ce pauvre Captain America. Lequel est d'ailleurs presque prêt à lui foutre le poing dans la gueule, c'est assez jouissif) et aussi rapide qu'une mitraillette qui font autant référence à la culture populaire (Stark traite Oeil de Faucon "Legolas" !) qu'a la culture geek (un jeu des années 80 que Stark repère sur un écran du Shield) qu'a la culture des fans de comics (la forteresse volante du Shield, putain ils l'ont fait ! Wouhou !).

Enfin dans l'idée, les génériques de fin forment un cycle (présentation de l'armure à la fin d'Iron man, détournement des affiches dans Captain America) en ouverture et fermeture (l'une montre l'idée d'une arme de guerre suprême via une armure robotisée; l'autre le détournement d'une certaine idée de la guerre à travers la propagande) qu'on retrouve plus ou moins dans The avengers (présentation des armes --et bouclier-- associé à chacun des personnages et donc des acteurs. Et à travers ça, idée d'une vraie équipe qui forme sans doute là aussi en temps de guerre, une sorte d'arme suprême).

 

Bref chacun y trouvera pour son compte mais il est clair qu'il faut un minimum s'être revu les autres films pour pouvoir pleinement savourer l'objet et tout ce qu'il comprend.

Et comme c'était donc une journée consacrée aux 6 films, j'ai pu justement les voir (je n'avais ni vu L'incroyable Hulk ou Thor), voire les revoir et les réévaluer avant de faire le grand saut à 22h45 dans une salle devenue surchauffée, avec une sérieuse migraine mais un public complètement emporté et grisé par un évènement qu'ils attendaient tous comme moi depuis un bon moment. A chaque caméo de Stan Lee, ils applaudissaient à tout rompre (j'ai donc pu repérer le monsieur là où je n'avais pu le faire encore jusqu'à présent, well done), pareil pour d'autres "invités" prestigieux comme ce bon vieux Lou Ferrigno (le gardien de l'immeuble scientifique dans L'incroyable Hulk) ou dans The avengers, un caméo de Harry Dean Stanton ! (Et aussi Jerzy Skolimowski --mais ça, ils l'ont pas repéré, les glands).

Dans mon palmarès très subjectif, ça donne donc ça :

 

  • Iron man (2008) - 4,5/6. Je reste toujours plus ou moins admiratif de la construction scénaristique qui amène Stark à lentement concevoir la seconde peau que sera l'armure d'Iron Man. Bien sûr on pourra toujours se gausser (who l'aut', il a construit un mini-réacteur dans une grotte au Pakistan, tro lol) mais accepté certains faits importants (que le mec est un génie philantrope à l'égo pas mal surdimentionné), on y rentre comme dans du beurre.
  • L'incroyable Hulk (2008) - 3/6. Le film se place étonnamment bien dans l'univers Marvel qui tisse The avengers. On dénote que les armes proviennent des industries Stark par exemple. On évoque le Shield et même monsieur Iron Man fait une petite apparition à la fin. Sinon Liv Tyler peut rendre fou amoureux n'importe quel homme mais ne sert pas à grand chose (bon, c'est toujours mieux que Freida Pinto dans La planète des singes, les origines quand même). Et puis c'est rigolo ces combats de robo... de monstres géants à la fin, mais bon.
  • Iron Man 2 (2010) - 2,5/6 ou 3/6, je ne sais pas. Cela reste encore bourré de longueurs mais la revoyure permet de mieux comprendre la lente descente aux enfers d'un Stark qui sait ses jours comptés. Mais le traitement est trop gros et parfois un poil vide. Reste un Mickey Rourke qui en impose et la veuve noire qui casse la baraque (****).
  • Thor (2011) - 4/6. Je ne m'attendais pas à ça, le film est clairement un film d'auteur ou du moins quelque chose qui y ressemble fortement. Peu de scènes d'action mais une part prépondérante à l'humour (que ce soit en humanisant Thor --qui possède un égo aussi important que Stark-- ou via les autres personnages --la scientifique jouée par Natalie Portman qui manque d'écraser à plusieurs reprise le dieu déchu) et à beaucoup de scènes intimistes. Et le design d'Asgard choisit à la fois le rétro tout en étant personnellement stylisé dans une touche personnelle. Bien aimé pour le coup.
  • Captain America - The first Avenger (2011) - 5/6. Clairement mon préféré avec le premier Iron Man. Là aussi une construction qui, dans sa première partie fait la part belle au développement du personnage de Steve Rogers tout en détournant l'aspect basique du "héros" qui s'engage contre les nazis. Si la seconde partie est plus conventionnelle, le film reste bien mené, drôle, voire même assez touchant (*****).
 
Et donc The Avengers (2012) ...5,5/6. Mais c'est ma note personnelle et il est clair que quelqu'un qui apprécie moins les films ou n'y voit que de simples divertissements plaisants aura une note plus modérée, j'en suis conscient.
 
 
 avengers2a
La veuve noire dans The Avengers.
 

thor3a

Thor dans le film éponyme.
 
 
 

 Et justement au niveau des personnages, ça passe bien ?

 

Oui parce qu'outre le fait de jouer sur les acquis des précédents films (encore un exemple parmi d'autres, dans The avengers, Thor hésite à un moment à prendre son marteau. Or dans le film du même nom, on comprend que Thor a perdu sa capacité à porter son arme divine, est devenu humain et a perdu confiance. Le fait qu'ici il hésite pendant quelques seconde montre bien qu'il vacille un peu et qu'il se questionne intérieurement : est-il toujours digne de porter sa masse divine ?), chaque personnage se voit exister et à sa scène principale rien qu'à lui (même Nick Fury !).

Du pain béni pour les fans (avec à la clé un combat Iron man vs Thor vs Captain America qui fait foutrement plaisir) mais aussi l'occasion de largement mettre en avant des personnages alors peu vus jusqu'ici. Oeil de faucon s'avère redoutable. Il n'avait pu tirer une flèche dans Thor ? Ici, il va sérieusement donner du fil à retordre à tous. Et puis Hulk, bon sang, Hulk. Si on sentait que notre bon gros géant vert (3,4, tous ensemble : ♪♫ GEANT VERT ! ♪♫ *pardon*) avait un potentiel pas tout à fait exploité dans le film qui lui était dédié, ici il s'avère LA surprise principale. D'autant plus que sous sa forme humaine, Bruce Banner dispose sans doute des scènes intimistes/dialoguées les plus brillantes du film.

Alors après les effets spéciaux peuvent ne pas être tous réussis (moi j'ai rien vu qui pose problème, j'étais à fond dedans) et Whedon avoir un peu de mal à gérer sa mise en scène mais dans l'ensemble, on est dans du haut de gamme clairement. LA grosse surprise de ces mois moroses qui vont faire déprimer les français.

Mais hier soir, tous sortaient en ayant le sourire aux lèvres. Et combien de fois ai-je entendu de "C'était trop biiiiiien".
Et moi aussi j'ai adoré. 

 

 Mini-synthèse rapide sur sa fiche Cinetrafic au passage.

 

========== 

 

 

 

(*) Apparaît dès Iron man. Envoyé au Nouveau Mexique dans Iron Man 2, on voit ce qu'il doit gérer là-bas dans Thor.

(**) Natasha Romanova - Scarlett Johansson qui apparaît dans Iron Man 2.

(***) Clint Barton - Jeremy Renner. Apparaît en second rôle dans Thor. Bien plus présent dans The Avengers.

(****) Et qui donc casse encore 10 fois plus la baraque dans The Avengers.

(*****) Et d'ailleurs encore un lien avec les autres films dans Captain America avec le cube qui est issu du royaume d'Asgard (Thor) mais aussi le personnage du père de Tony Stark, ici inventeur génial, encore très jeune (dans Iron man 2, la vidéo qu'on voit de lui est datée des années 70 et le personnage est nettement plus âgé) et complètement chien fou.