quickcheznous

 

 

Un messager à moto chargé de conduire une jeune fille avec qui il a un lourd passif découvre que son casque de moto est piégé et qu'il doit réaliser des livraisons en temps record si il ne veut pas que tout explose...

Une petite surprise agréable que voilà et dont je n'attendais strictement rien, distribuée par la Metropolitan Filmexport depuis le 6 juillet. Le parfait prototype du film d'action basique et suffisamment bien foutu dans sa mise en scène pour qu'on passe un bon moment, l'humour coréen en plus. Ce qui en soit ne me dérange absolument pas (j'adore le cinéma de Bong Joon-Ho où l'humour se partage souvent la vedette dans le même temps avec un constat souvent plus dur et mélancolique).

 

Quick_Ye_won_Kang

 

On imagine bien le scénario écrit sur une feuille volante, un coin de nappe dans un bar, par une nuit fraîche par les 3 scénaristes, s'amusant complètement ivres à enchaîner toutes les péripéties d'actions les plus folles (car c'est bien ce qu'est Quick, ne le cachons pas et c'est ce qu'on voulait). "Donc on dira que là le héros sera au sommet de l'immeuble" "Attends (hic), faisons intervenir la police pour le coincer" "faudrait souligner que la police va se ranger de son côté mais comment le montrer, il a que trois expressions possible dans son jeu" "Et puis le méchant voit tout, surveille tout, sait TOUT !" (bruit d'un des scénaristes tombé de sa chaise) "donc, y pourrait griffoner un bout de papier et le balancer négligeamment vers eux" "Ouais et après, y prend sa moto et boum, y fonce contre l'immeuble d'après, y pète tout, et y ressort intact !" "ouaiiiiiiiis !" Vous voyez le genre.

 

De fait, ce n'est certainement pas du grand jeu d'acteur qu'on est venu chercher là car soit ces derniers sont fades, soit mono-expressifs (mention spécial au héros), soit transparents. Et en même temps c'est voulu puisqu'une partie de l'humour repose sur ces exagérations qui frôlent le clownesque. Pas toujours très finaud, de même que le scénario très décomplexé qui se plantera un peu dès le moment où il voudra aborder un sujet plus sérieux (et plus sensible comme les échanges Corée-Japon qui ont facilité le terroriste dans ses revendications). Le film s'en rendra heureusement compte et redeviendra tout aussi dynamique qu'explosif comme à son début.

 

Quick_Explosions

 

C'est donc plus l'accumulation de morceaux de bravoure qu'on viendra chercher dans le film et c'est cela qui nous en mettra largement plein la vue et avec grand bonheur, quitte à embrasser les poncifs du genre : On aura donc même droit à la poursuite sur l'autoroute qui, si elle ne nous renouvelle pas le modèle vu et revu et semble même prête à transposer ses congénères en plein territoire sud-coréen (on croirait plus ou moins revoir le segment "routier" de The Island de ce cher Michael Bay), se propose toutefois d'essayer de faire mieux, plus fort, plus inventif, plus brut. Et elle y réussit si bien que quand arrive le générique de fin, on est guère étonné de voir pendant la liste défilant et égrenant l'ensemble des techniciens, une fenêtre vidéo montrant en réel les cascades, les cascadeurs et comment ça dégènère. A tel point qu'un des cascadeurs se retrouve à l'hopital et que l'équipe vient, un peu gêné, s'enquérir de son état. Un bonus donc, dès la fin du film qui ne trompe pas sur sa profonde générosité en action. On finit le film joyeux et heureux, content d'avoir fait un sacré bout de route avec tous ces gens un peu cons mais d'une bonne humeur tellement communicative qu'on est prêt à montrer le film à ces proches, c'est dire ! En somme si le film n'apporte rien de neuf, il demeure une petite perle de fun et de bonne humeur qui en met vraiment plein la vue.

 

Je remercie Cinetrafic et les opérations Dvdtrafic ainsi que la Metropolitan pour m'avoir fait découvrir ce sympathique ofni (objet filmique non identifié).

Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Film comique ainsi que la catégorie Film thriller.