2ème partie.

 

Le lendemain, nous nous accordons une bonne partie de la journée pour se balader dans Londres. Mais avant ça, en fin de matinée, visite d'une exposition sur les peintres Pré-Raphaélites à la Tate gallery. Et encore avant, la joie d'un (grand) petit déjeuner anglais. Je redécouvre avec bonheur ce plaisir de manger énormément le matin (et quasiment rien de la journée) avec les traditionnels oeufs sur le plat, bacon, haricots, toasts... Mon corps n'étant d'ailleurs plus habitué, je fonctionne un peu au ralenti d'ailleurs juste après. J'en profiterais donc sur le chemin pour prendre plein de photos des rues, des lieux, en marchant tranquillement. La Tate gallery étant non loin de Westminter, je mitraille sur le chemin.

 

londres18

londres21

londres23

londres24

londres26

londres30

(j'aime bien faire ce genre de photo complètement en contrejour comme si le soleil dévorait l'image)

londres50

Tate gallery.

 


Les peintres Pre-Raphaélites étaient constitués d'une bande de 7 jeunes hommes qui, dès 1848, envisagèrent de donner un sérieux coup de pied dans la fourmillière artistique anglaise, jugée trop sclérosée ou/et académique. Leurs oeuvres avaient ainsi vocation à réintroduire la beauté quitte à verser parfois dans le maniérisme, le réalisme et la morale. Surtout ces peintres ne voulaient plus imiter les artistes de la Renaissance mais proposer quelque chose de neuf aux couleurs plus vives, retrouver ce qui faisait la pureté des peintres avant Raphaël. Ce n'était pas à proprement parler une école mais un groupe de personnes aux objectifs similaires même si bien souvent leurs intentions premières s'en sont trouvées dépassées dans le temps. Ce qui était remarquable était le fait que l'exposition mettait en valeur presque d'une manière chronologique le parcours des artistes, on pouvait donc apercevoir une certaine rigidité dans les débuts (je n'aime pas vraiment les premières oeuvres de Dante Gabriel Rossetti) avant que lentement les oeuvres prennent une proportion et une majesté assez incroyables (il semble qu'après 1855, chacun commence un peu à faire son bonhomme de chemin vers sapropre destinée). D'un carcan fixé, ces gens avaient dépassé leurs limites pour proposer des travaux extraordinaires qui préfiguraient le symbolisme, l'Art Nouveau et beaucoup d'autres choses.

 

Mariana_Millais

(John Everett Millais - Mariana, 1851)

Moins connu que l'Ophélia, et pourtant quelle merveille.

John_Everett_Millais_Ophelia

(John Everett Millais - Ophelia, 1851)

Quelle joie de voir de mes yeux cette oeuvre incroyable, sublime, grande (le tableau est effectivement très grand, idéal pour voir tous les petits détails. Vous saviez qu'il y a un rouge-gorge caché en haut à gauche de l'image ?).

1280px_William_Holman_Hunt___The_Scapegoat

(William Holman Hunt - The scapegoat, 1854)

Ambiance fin du monde garantie et bienvenue en cette fin 2012.

RossettiBeataBeatrix

(Dante Gabriel Rossetti - Beata Beatrix, 1864)

 

On finit l'expo en arpentant un peu le musée, assez énorme. Si l'on avait pas le droit de prendre des photos avant, dans les autres parties c'est possible, j'en profite pour photographier un Turner, histoire de dire "j'étais là" et d'autres toiles assez impressionnantes. En y repensant, c'est assez étonnant de voir comment les anglais relativisent avec leurs artistes. Le Turner, tout petit, était placé innocemment au milieu d'autres toiles. En courant façon Karina/Brasseur/Frey dans Bande à part, il n'y aurait aucune chance de le remarquer. Alors qu'en France, on aurait mis Turner à part, lui aurait consacré une gallerie entière probablement. On finit par se dire que si on continue d'explorer toute la Tate gallery, on y est probablement jusqu'à demain. On a encore un concert de l'ami Glass le soir-même et on aimerait bien traîner dans Soho (moi surtout j'avoue), en quête de disques et autres merveilles cachées (j'en trouverais d'ailleurs une mais pour trouver du Nicholas Roeg ou Ken Russell bien tranquille, ils ont les mêmes problèmes que nous avec nos anciens films visiblement).

 

turner

Petit Turner deviendra grand.

(en bas à gauche, la légende qui vous laisse à penser la longueur de cette petite toile)

 

Pour remonter à Soho, c'est toute une histoire. Comme le fait de bien marcher hier ne nous a visiblement pas fait comprendre que Londres est immense, on décide d'y aller à pied, mine de rien parce "ça doit être pas loin en remontant en ligne droite" dixit l'ami cinéphile. Hum... C'est en arrivant à pied à Victoria station vers les 14,15h qu'on a commencé à sentir notre douleur. Pause bio auprès d'un simili resto-japonais où je peux goûter un yaourt glacé aux groseilles (délicieux. On a pas ça en France, raaah). J'étais bien tenté par un Burger King pour vérifier si la fameuse légende colportée un peu partout est véridique (enfin, surtout par certains de mes contacts facebook qui ont littéralement un orgasme quand la moindre news sur Burger King de retour en France vient à tomber) mais bon. On finit par reprendre le métro comme ce matin pour arriver dans le fameux quartier qui s'avère ultra bondé. Impossible de faire quelques pas sans limite raser les gens (ça ne se voit pas sur mes photos par contre). Et la nuit tombe hélas trop vite.

 

londres33

Près de Victoria station.

 

londres35

Près de Soho.

 

londres36

londres38

 

J'arrive à trouver des disques moins cher qu'en France mais facilement trouvables dans des boutiques qu'on aura mis du temps à trouver (dont une spécialisée en musique classique contemporain difficilement trouvable. On se demandait du coup si ce n'était pas le guide du routard qui était complètement périmé --le mien datant de 1993) et surtout un livre d'illustrations de l'artiste Roger Dean, auquel je voue une admiration sans faille depuis ma découverte du groupe de rock progressif Yes au lycée (donc plus de dix ans) puisqu'il faisait les pochettes des vinyles du groupe (ainsi que diverses illustrations à l'intérieur). Joie, bonheur, je vous livre des images en dessous. Mais il nous faut déjà rentrer à l'hotel si on veut pouvoir faire une pause avant de repartir d'attaque pour le concert du samedi soir où il faut arriver de préférence un peu en avance....

 

dean3

17309_Yes_Roger_Dean_5_original

roger_dean_2

dean4

dean

Rêvez maintenant... gneee

 

Fin de la seconde partie.