3ème partie

 

Sitôt revenus à l'hôtel à la grâce du métro et après une légère pause, nous décidâmes de partir en avance au Barbican Center pour le second concert de Philip Glass. Il était 18h30 quand nous arrivâmes et nous décidâmes de prendre comme la veille un sandwich et une boisson sur le pouce. Il fallait arriver en avance car contrairement au concert précédent, c'était un peu plus au petit bonheur la chance : le premier arrivé, le premier servi avec sa place tranquillement. Le temps passe, tranquillement. On voit beaucoup de gens rentrer au Barbican center, surtout des djeunzs. La musique de l'ami Glass se serait-elle démocratisée à ce point ? Le doute n'est plus permis. Et quand je demande peu avant 19h à une hôtesse d'accueil à un stand dans quelle salle aura lieu le concert, elle nous apprend (ou du moins on arrive un peu à comprendre) que le concert ne se fera pas ici en fait mais beaucoup plus loin dans un endroit perdu de Londres dans une petite chappelle isolée (!). Elle nous souhaite bonne chance pour y parvenir puisqu'il nous reste plus qu'une heure.

Catastrophe.

Bordel de merde.

Tabernak.

 

londres39

londres40

Philip Glass tentant d'haranguer les foules en faisant un subtil et sexuel déhanché du bassin repiqué à Elvis.

londres41

Philip Glass transposant la danse des canards en utilisant seulement 4 notes jouées en cycle.

 

En métro, on ne sait comment y aller. Le bus, on s'en méfie et comme on pourra le vérifier nous-même en soirée, on aura raison. Reste le taxi, solution d'urgence so british, so chère. Mais terriblement efficace. On réussit à récupérer un taxi au détour de l'arrêt de la station de métro Barbican, lui montrer le lieu imprimé sur le ticket (en tremblant), le bonhomme (cliché même du bonhomme à la cinquantaine qui conduit un taxi, se revoir le premier épisode de la série Sherlock de la BBC avec Martin Freeman et Benedict Cumberbatch pour s'en convaincre immédiatement) inscrit alors l'endroit sur son gps et en voiture Simone. Le véhicule glisse alors avec une fluidité inégalée entre les feux rouges, les bus, les vélos, les autres voitures. En à peine 5 à 10 minutes et une bonne partie de notre argent en moins toutefois, nous sommes arrivés. C'est un miracle (ça va bien avec l'endroit) là.

 

Ce qui nous laisse le temps de souffler et relativiser. Nous sommes installés sur des bancs, nous prenons le temps de manger, à l'aise Blaise. Et à 20h approximativement, l'ami Glass est de retour pour nous jouer un tour. Cette fois l'ensemble est limité, très musique de chambre mais ça envoie méchamment la purée. 5 membres du Philip Glass ensemble + Michael Riesman et Philip Glass pour 8,9 morceaux connus du répertoire du monsieur avec une surprise, le final Spaceship d'Einstein on the beach en rappel, grandiose et aussi majestueux qu'à Montpellier.

 

londres42

 

Le concert se finit tranquillement vers les 22h30 (sur le programme, ils prévoyaient juste une heure et demi ces petits rigolos) et nous voilà, réjouits et à l'air libre dans le froid de la nuit dans un endroit qui nous est totalement inconnu. Des pubs et autres magasins à perte de vue. On attends le bus mais rien. Ou alors il nous passe sous le nez. On se dit qu'on va attendre alors au prochain arrêt de bus. On attend. 5 minutes. 10 minutes. Il est sacrément à la bourre et si ça se trouve, il n'y en a plus. On décide de marcher jusqu'à la prochaine station. Au milieu du parcours, un bus nous dépasse. Notre bus. Okay... On attend à la prochaine station donc. On attend. Finalement on décrète que les bus anglais ont juré notre perte et on se met en quête d'une station de métro. Après une vingtaine de minutes de marche, on en trouvera une qui permettra de nous situer sur une carte de Londres. On était perdus au nord dans des quartiers finalement pas désagréables. Métro, pas boulot mais dodo.

 

londres43

londres44

londres46

La gare de St-Pancras vu de l'extérieur, une sacré classe.

 

Le lendemain, dimanche 16 décembre, nous repartons en début d'après-midi. La matinée se déroule très tranquillement à revenir pépères près de la gare et faire de petits achats de nourritures et autres bricoles dans le coin en attendant de reprendre notre eurostar. Un très chouette week-end en somme.

 

Un très bon réveillon à tous en ce dernier jour de l'année !