traces

 

 

D’où venons-nous ? À chaque autoroute tracée, à chaque parking creusé, à chaque fondation posée, des réponses à cette question sont mises au jour. Vestiges d’un campement de chasseurs cueilleurs, d’une ferme gauloise, ou d’un commerce franc, chaque jour les archéologues trouvent sous nos pieds des indices pour nous aider à remonter le temps. C’est grâce à ces découvertes les plus récentes, grâce à cette science en marche, que SUR NOS TRACES nous emmène, petits et grands, à la rencontre de nos ancêtres, hommes de la Préhistoire, Gaulois, ou encore Francs.

 

Un imposant coffret que voilà... qui pourtant se parcourt très rapidement comme une bonne série documentaire, le tout étant réuni en 3 grands thèmes (Préhistoire/Epoque gauloise/Epoque des Francs) avec 5 "épisodes" à chaque disque. Et avec le plaisir enfantin (c'est conçu pour toute la famille d'ailleurs) de découvrir et redécouvrir des choses que l'on croyait pourtant bien acquises sur nos ancêtres depuis les fameux livres scolaires (pour certains, ça doit faire loin). Or, la science et les moyens employés permettant les découvertes ont plus que progressé, permettant un regard neuf qui va même parfois jusqu'à balayer les idées reçues : oubliez Astérix et Obélix, on est à mille lieues de la vérité sur les gaulois --un mythe s'effondre d'ailleurs car comment ouvrir à nouveau un album après tout ce qu'on a "appris" par la suite ?

 

traces1

Même s'il est question d'apprentissage, la série documentaire se permet d'être remarquablement bien filmée la plupart du temps dans son esthétique.

 

Entendez par là que pour certains, ce que vous saviez va être complètement détruit d'une traite pour laisser place indubitablement à du neuf et de l'inédit. Ce n'est pas dans les livres scolaires qu'on apprend que les gaulois accrochaient les têtes de leurs ennemis sur la charpente de leur maison. Ah oui, côté goût et décorations, on repassera. D'ailleurs le bonhomme était un redoutable guerrier d'une présence aussi imposante que celle des vikings. Paradoxalement, le gaulois était aussi un être raffiné qui n'oubliait jamais d'amener avec lui son matériel de toilettes dont les inévitables cure-oreilles ou la pince à s'épiler les poils du nez. Et histoire de continuer à tordre le coup aux idées reçues, les gaulois avaient de nombreux échanges avec les romains depuis un bon moment (il faudrait donc définir ce qu'ont été les guerres des gaules et ce qui conduira à l'annexion de la gaule par les romains. Où ça a commencé ? Quels en ont été les apports bénéfiques ou pas ?). Ainsi, grands consommateurs de vins, ils n'hésitaient pas à en acheter plein à nos latins. Et pour le sanglier, ils ne le chassaient pas en forêt, ils avaient leurs cochons domestiques, le sanglier étant une bête assez redoutable. Encore un mythe qui bat de l'aile, de même que pour le fameux banquet, mais n'en ai-je pas trop dévoilé ? gneee

 

Venus_of_Brassempouy___28000_av_jc

La Vénus de Brassempouy, datée d'il y a 28000 ans avant Jean-Claude.

 

Sur ce coffret disponible depuis le 5 juin et distribué par Arte, les épisodes sont donc répartis sur 3 disques et donc 3 époques différentes. Inutile de dire que la période gauloise et la préhistoire m'ont complètement fascinés. Beaucoup moins l'histoire des Francs. J'ai toujours été un adorateur de la préhistoire, que ce soit en ce qui concerne les dinosaures ou la vie de nos ancêtres des cavernes. Je me demandais même si Néanderthal n'avait pas disparu chassé par Cro-Magnon mais le documentaire apporte une réponse étonnante en prouvant que des liens affectifs (et donc sexuels) ont eu lieus. Au final on aurait 4% de gênes de Néanderthal en nous ! De quoi se revoir La guerre du feu du sieur Annaud avec plaisir. D'ailleurs pour l'anecdote, entre chaque période, mum et moi avons essayé de regarder un film en guise de transition pour marquer le coup. Pour le passage de la préhistoire aux gaulois, plutôt que La guerre du feu, nous nous sommes rabattus sur Le 13e guerrier, mythique film dépeignant l'affrontement de guerriers avec des êtres issus d'âges anciens. De même, pour les gaulois, voir Astérix et obélix aurait été un brin cliché et évident et nous nous sommes rabattus sur le Centurion de Neil Marshall (où Fassbender et Kurylenko sont assez impressionnants). Oui, il n'y a aucun rapport avec les gaulois car ici on évoque des affrontements de romains avec les pictes mais j'avais furieusement envie de me le revoir.

 

D'ailleurs ce serait le seul défaut que je formulerais à cette série documentaire : l'absence d'épisodes nous montrant la transition et le changement d'un état à l'autre. Entre le paléolithique et l'époque des celtes, on a le néolithique et ses sociétés très organisées qui nous ont laissé les dolmens et autres constructions de pierres intemporelles. Un épisode là-dessus aurait été bienvenu. De même pour la gaule conquise par les romains et l'évolution de la société gallo-romaine avant les invasions et annexions par les hordes de tous poils qui déposèrent les francs et autres goths et saxons. Cela dit c'est un reproche mineur tant la série documentaire donne envie de se plonger de soi-même dans tout ça, d'autant plus qu'il y a des choses qui vont vraiment vous surprendre, croyez-moi. Dans l'ensemble la série est très dynamique et le montage et la faible durée des épisodes permet qu'on ne se lasse jamais. Sans compter des dessins et schémas vraiment bien foutus, un ton familial et une Nadia Cleitman en journaliste-narratrice électrique (faudrait juste qu'elle arrête de couper la parole aux intervenants parfois) et on obtient là une réussite plus que conseillée !

 

A noter que des amis blogueurs en parlent aussi très bien : je vous invite à jeter un oeil aux notes de Potzina dans son fabuleux bric-à-brac coloré ainsi que les notules de Christophe, glandeur nature cinéphile. De la lecture complémentaire qui devrait agréablement vous convaincre. :)