carey_mulligan_by_daekazu_d6xq3il

Une élégante Carey Mulligan échappée de Gatsby le magnifique par l'artiste Daekazu pour clôre l'année et en commencer une nouvelle...

 

L'an dernier à la même date (et le même genre de post-bilan) j'évoquais la sortie d'Akira en blu-ray, m'extasiant sur la beauté du film. Par un étrange hasard, je revis le film au Grand Rex il y a presque 2 semaines, histoire de clôre tranquillement 2013 (c'était d'ailleurs mon "dernier film en salles"). Et aujourd'hui pour bien commencer l'année, j'enchaînais les revisionnages de Frankenstein Junior (à une heure tardive de deux heures du matin) et The Hunger (alias Les prédateurs de Tony Scott, l'un de mes cadeaux de noël. Depuis le temps que je le voulais suite à une découverte en festival quelques années de cela...). Des films qui font du bien et me permettent, pour l'instant du moins, d'envisager 2014 avec un peu d'optimisme.

 

Car quel bilan personnel dois-je tirer de 2013 ? Culturellement, ça a été la fête. Musicalement parlant, cinématographiquement parlant aussi (je suis bien sûr d'accord avec Jordan qui a bien cerné que je parlais plus en termes de quantité que de qualité. Cela dit, même dans le baromètre des productions à petits budgets, des indépendants et j'en passe sans parler des nanars, des ovnis ou des blockbusters, j'ai été assez servi. Il faut dire que je me contente parfois de peu donc j'apprécie pas mal de choses, même un certain mauvais goût bien humain), et les jeux vidéos, sans oublier les livres et les BDs même si j'ai moins suivi ces derniers (bon, Niourk et les livres de Stefan Wul en bande dessinée, je salue cette initiative dont on a pas trop parlé assez haut). Mais d'un point de vue personnel, il y a eu des hauts et des bas.

 

Dans les hauts, revoir l'ami Johell avec une joie évidente. Aller à un festival de cinéma avec lui aussi (enchaîner les festivals aussi). Retrouver une amie pas revue depuis un moment. Avoir ma situation professionnelle s'améliorer un peu (je ne veux pas paraître vénal bien sûr mais ça aide à mieux vivre en un sens). Et avoir une créativité en hausse. Dans les bas, apprendre que ma mère avait un cancer du sein et craindre de la perdre (heureusement ce n'est pas le cas après coup je rassure mais ça m'a sonné quelques temps), voir que l'état de ma grand-mère restait à stagner, que l'un de mes oncles avait un cancer des métastases et que là par contre c'était irréversible, sans oublier mon père et certains ennuis professionnels. Oui je ne m'étais pas confié jusqu'ici (j'avais même pas envie de transformer mon blog en déversoir de confessions intimes et privées mais je ne me suis pas plains non plus ailleurs cela dit --a part en messages privés à 2 personnes bien placées qui se reconnaîtront certainement) et bien voilà, je le dis au final, malgré les joies nombreuses, j'ai eu l'impression que 2013 était une vraie belle année de merde.

 

Et visiblement dans mon entourage, il semble que ce fut aussi fortement le cas si j'en juge par tout ce que j'ai pu lire sur facebook parfois vis à vis de mes proches. Aussi me trouvais-je dans la situation emphatique de pouvoir un tant soit peu comprendre et réconforter d'autres personnes, aussi très vite je me retrouvais irrité par leurs appels à l'aides déguisés, constants et "vampiriques" (à force d'aider les autres, on finit toujours par se faire pomper sa propre énergie). J'étais moi-même assez énervé par moments et j'ai commencé à prendre mes distances avec des lieux vénérés qui ont un peu commencé à couler. Plus les mêmes ambiances, plus les mêmes personnes, plus les mêmes envies. Il faut que ça change tout ça. Comme disait un certain homme politique (que je n'apprécie pas plus que les autres), "le changement c'est maintenant". C'est sans doute la seule chose non-indécise de juste qu'il a pu dire jusqu'à maintenant.

 

Bref, je ne vous souhaite pas directement la bonne année, je me méfie. Non, je vous souhaite du changement, et une année 2014 qui bouge avec des découvertes et des joies, plein de joies, puissent-elles durer le plus longtemps possible...

 

 

Je vous laisse avec un petit bidule personnel qui regroupe et résume 2013 avec 4,5 films que j'ai adoré.