alien_isolation

 

 

 

 

Quinze ans ont passé depuis les événements décrits dans Alien; la fille d'Ellen Ripley, Amanda, mène un combat désespéré pour la survie, au cours d'une mission visant à découvrir les véritables raisons de la disparition de sa mère. Guidez Amanda et naviguez dans un monde toujours plus explosif, dans lequel elle est livrée à elle-même, encerclée de toutes parts par une population paniquée et un Alien impitoyable et imprévisible. Mal préparée et mal équipée, Amanda devra trouver des ressources, improviser des solutions et se montrer plus rusée que son ennemi, non seulement pour réussir sa mission, mais déjà pour y survivre.

 

 

Je joue de moins en moins aux jeux que si je viens à m'en passionner pour un, c'est presque un évènement en soi. En l'occurence je me désespérais qu'on ait pas eu un jeu alien digne de ce nom depuis un moment. La récente mouture en date sur consoles next-gen, le Alien colonial marines qui vous mettait joyeusement dans la peau d'un troufion amuse-gueule pour le xenomorphe (engagez-vous qu'y disaient...), ben c'était pas vraiment top.

Alors oui je suis fan d'Alien.

Tellement que la sale bête pullule quand même pas mal sur mon blog en cherchant bien (y'a même du Prometheus pour une chro à la fois pour et contre le film huhu --hé je veux pas dire mais BEST CHRO' DU FILM ON BLOG. MÊME QUE DURANDAL IL EN PLEURE DANS LES CHAUMIERES, HAN (*)).

Même que je parle de ce... truc... Pardonnez moi seigneur. -_-

Donc bref, il était tout logique que j'acquère Alien Isolation et que je le recommande même aux gens qui ne jouent pas aux jeux vidéos tellement le produit semble s'adresser au fan et au cinéphile en premier lieu qu'autre chose. Parce qu'on va pas y aller par quatre chemins, j'ai adoré. Oh que oui. Et devant un tel respect furieux du film de Ridley Scott en ayant tout de même sa propre personnalité, je peux passer complètement les petits défauts qu'à le jeu.

 

alien2

 

D'ailleurs en fait je vois pas trop de défauts.

Bon si, une gestion parfois pas top des commandes (on pouvait pas avoir le plan du niveau sur un bouton non, il faut constamment appuyer sur "select" au milieu de la manette), deux-trois petits ralentissements et des graphismes qui ne s'affichent pas forcément de loin (mais ça c'est parce que je joue sur ps3, je suppose que c'est mieux de ce côté sur ps4 et pc). Après certains trouveront sans doute plus que moi à redire mais là non, je ne peux que m'incliner. Déjà les graphismes et l'ambiance. On est littéralement presque comme à bord du Nostromo dans le film de Ridley Scott. C'est fou mais c'est vrai. Les développeurs ont eu accès à toutes les archives de la Fox et ont donc réalisé un travail de titan (mention spéciale d'ailleurs à la géante gazeuse que l'on voit par les hublots de la station tiens, association d'idée quand tu nous tiens). Et quand ça s'en rapproche et que ce n'est pas tout a fait ça, c'est que c'est repris des croquis divers développés déjà par Moebius, Chris Foss & Ron Cobb sur le film de 1979 et dont on pouvait en voir une bonne --et fascinante-- partie dans le livre de Ian Nathan. Mais extrapolés encore, développés pour rendre encore plus possible ce futur alternatif froid et violent. Le fait d'avoir repris de petits détails aux films Aliens (le détecteur de mouvements qu'utilisent les marines) et alien 3 (certaines attaques de l'alien, nettes et bien brutales) est un plus non négligeable.

 

alien3

Ah oui quand même.

alien4

Ah ouiiiiiiiiiiiii.

 

Autre très bon point, la musique et le design sonore. La première alterne entre compositions nouvelles pour le jeu et morceaux repris directement du film de Scott, donc, de la bande originale fabuleuse de Jerry Goldsmith. Oh le pied. Quand au trouvailles sonores, on a droit à des sons nouveaux et là aussi des choses qui proviennent directement du premier film de la saga du xenomorphe. Autant dire qu'à ce stade c'est quasiment addictif, surtout quand on est fan de la bestiole. Un point intéressant et qui a tout son intérêt, le fait que le jeu est un pur survival. Faites du bruit et vous ne tiendrez pas deux secondes. Les humains sont paranos et tirent dorénavant sur tout ce qui bouge. Les androïdes se sont détraqués et vous guettent de loin. Quand à l'alien...

Cela me rappelle une planche d'Idées noires de Franquin qui m'a toujours fait marrer (allez, je me les relit cette semaine pour le coup) où un mec purge sa peine dans un labyrinthe et guette un vaisseau qui viendrait le sortir de là. Le jour où le vaisseau arrive, le gars fait de grands signes tandis qu'un haut-parleur soudain annonce : "on a examiné votre peine... elle a été aggravée". Un treuil dépose alors hors du vaisseau un léopard dans le labyrinthe tandis que le haut-parleur continue : "Vous n'êtes plus seul. La bête a l'ouïe et l'odorat très développés". Dans la dernière case, on voit le mec pétrifié dans son coin qui pense "surtout ne pas péter !". Et ben vous, vous êtes dans la même situation et là... ben c'est surtout moins drôle.gneee

 

 

alien1

Ah ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. *râle de jouissance qu'il en est indigne sur le woueb, pardon*

 

Parce que l'Alien est une belle saloperie.

"Un parfait organisme" dirait Ash dans le film de Scott. Etant donné qu'il réagit aux sons avec une acuité effrayante, il ne faut surtout pas courir, ni même se dépêcher dans les conduits d'aération (sous peine de revivre la traumatisante scène avec Dallas dans le film). Si vous avez des renfoncements pour vous cacher, que ce soit un réduit ou l'ombre d'objets, profitez-en au maximum. Tout est bon pour allonger sa durée de vie de minutes supplémentaires, le temps de trouver une autre cachette ou un ascenceur pour mettre le plus de distance entre vous et le xenomorphe. Parce qu'elle est en chasse et que vous êtes sa proie. Et comme dans le film de 1979, elle est quasi invincible dans le fait que vous ne pourrez pas la tuer (tiens, les mots mêmes me reviennent avec la voix d'Ash). Et pour cause, vous n'avez pas d'armes. Du moins pas au début, mais même, avec un flingue, vous aurez à peine le temps de tirer une balle qu'avec sa queue, elle vous aura harponné. Le lance-flamme ? Pratique pour le repousser momentanément si vous avez une allonge d'une dizaine de mètres avant qu'il ne vous fonce dessus... Sinon vous avez une seconde pour faire vos prières. Inutile d'espérer quoi que ce soit, si vous avez vu les films, vous savez qu'il ne fait pas de prisonniers... Excepté pour avoir des oeufs dans le corps, destin pas plus enviable.

 

alien6

Ah ouiiiii... ...AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHH.

 

Un point non-négligeable et qui renforce encore plus l'ambiance de panique du jeu, c'est la montée progressive vers la terreur. Au début du jeu, arrivée sur la station Sebastopol, Amanda entendra des petits bruits à travers les murs et le plafond, bon. Puis c'est un bonhomme, rencontré de passage qui manque presque de vous tuer qui explique qu'il y a à bord "une créature". Le pauvre mec se fera emporter par quelque chose d'ultra rapide qui vous bousculera, vous laissant dans une flaque de sang immense avec un goût étrange. Ambiance. Ce n'est que bien plus tard que par coup de bol votre personnage verra l'alien surgir, presque comme au ralenti, du plafond, dans toute sa splendeur, ne laissant que quelques secondes pour se cacher et voir le vrai jeu commencer véritablement... Et mettra vos nerfs à rude épreuve.

Au final un jeu passionnant qui semble s'adresser aussi bien aux joueurs qu'aux cinéphiles.

 

 

 ======

 

 

 

 

(*) Durandal est un individu tellement sinistre que j'hésite à vous en parler si vous ne connaissez pas. Tout ce qu'on peut dire c'est qu'il peut descendre Prometheus mais qu'il pleure de joie devant Lucy de Luc Besson en faisant des vidéos tutube. Faut dire qu'il est cohérent, il avait visité les studios de Luc dans le même temps. Sans doute qu'en étant passé chez Ridley Scott il aurait pleuré de joie devant Prometheus ? Une sorte de vendu donc.