J'aime bien parfois revenir à ce que j'appelle "mes fondamentaux". Des artistes avec qui j'ai grandi et qui ne m'ont plus quitté depuis. Kate Bush en est un. Et j'ai beau adorer la belle, je n'ai pas toute sa discographie non plus. Aussi je suis bien content quand je tombe sur un album que je redécouvre, voire découvre littéralement. C'est le cas de The sensual world. Un disque qu'on a tendance à oublier, coincé entre le méga ambitieux (et tubesque) Hounds of love et le raté The red shoes. Un disque qui, curieusement n'a pas eu alors le succès attendu. Déjà parce qu'il n'y eut aucun single de lancé apparemment (et ça, c'est ce qui semble couler direct pas mal de disques), ensuite parce que la tonalité plus introvertie et sereine du disque dans l'ensemble détonne face à son prédecesseur, enfin parce que l'album échappe aux traitements sonores propres au synthés des années 80 et où Kate manquait presque de tomber par moments sur Hounds of love. Bien sûr on retrouve la patte de Kate et un son chaud, doux, inimitable... sensuel. Enjoy !