les_grands_mythes1

 

Réalisée à partir d’une animation originale et d’iconographies choisies dans l’ensemble de l’histoire de l’art, cette série de vingt épisodes raconte les mythes grecs. Une création tout en images, qui égrène les destins passionnants des dieux, des héros, et des grandes figures de la mythologie.

 

"Raconter les grands mythes tels que les Grecs du Vème siècle avant notre ère se les racontaient, telle fut donc la proposition que je fis à Arte et que Martine Saada accueillit avec enthousiasme. Entouré du romancier et scénariste Gilbert Sinoué à l'écriture, de Sylvain Bergère et de son équipe à la réalisation, de l'atelier des monstres à l'animation et de la tribu de Rosebud Productions à la production, je n'ai eu qu'à plonger dans le vaste océan de la littérature grecque. La mythologie n'est pas le fait d'un seul homme. Ce n'est ni un roman ni une saga dont on pourrait attribuer la paternité à tel ou tel écrivain. Il s'agit plutôt d'un corpus de textes souvent disparates, écrits entre le VIIIème siècle avant J.C et le IIIème siècle après J.C. Les grands auteurs; en ce temps-là, cherchaient d'abord à divertir. Ils racontaient tel ou tel épisode à la façon d'un polar. Et chacun compilait les versions de celui qui l'avait précédé (...)."

François Busnel dans le livret du coffret.

 

Divertir tel un polar. L'objectif est amplement atteint sitôt qu'on finit le premier épisode de la série documentaire de François Busnel (journaliste, critique et animateur) sortie en coffret chez Arte le  9 novembre, tellement le tout est raconté avec un soin aiguisé au fabuleux suspense. En 20 épisodes sur 4 DVD, nous avons alors toute la mythologie qui se dresse fièrement devant nous, aussi bien du côté des dieux que du côté des héros humains. Busnel s'amuse et raconte avec la même gouaille que les mentors qu'il s'est choisis (et cite en exemples dans le livret) que les Dieux et héros grecques sont avant tous des reflets des humains "afin de mieux faire réfléchir le commun des mortels". Les fables déjà vues et connues du plus grand nombre n'en ressortent que mieux avec un ton le plus souvent ironique et amusé. Evidemment, impossible de tout traiter mais il y a déjà là de quoi faire. On passe tour à tour de Zeus (le grand champion de cette saga) à ses fils et filles sans oublier Thésée ou Persée. Du péplum à portée de main... en restant toujours divertissant et bigrement informatif. Parce que oui, on en apprend des masses et le tout dans une mise en scène assez originale.

 

 

les_grands_mythes2

 

 

"Assez vite, s'est imposée l'envie d'entremêler une animation en silhouette (réalisée en 2D et crée spécialement pour la série) avec un choix d'oeuvres d'art (depuis les somptueux vases grecs jusqu'aux chefs d'oeuvre de l'époque moderne en passant par les prodiges de la Renaissance ou les dessins des Lumières). Là encore, il s'agit de rester fidèle à la tradition des compilateurs, de créer un "musée imaginaire" dans lequel des oeuvres, dialoguant entre elles, rendent intelligible un monde disparu. Les parallèles surprenants, le choc des époques, les rapprochements transhistoriques : voilà ce qui tient la curiosité en éveil."

François Busnel dans le livret du coffret.

 

De cette volonté "méta" de transvaser animation et oeuvre picturale plus ou moins figuratives (et parfois même abstraites, ce qui est un bon point pour ce qui est de représenter d'une certaine manière une humeur ou quelque chose d'iracontable à première vue comme la création du monde), le créateur va permettre rapprochements multiples et éveiller chez nous références multiples en plus de titiller notre envie d'en voir toujours plus. Le conteur est passionné et comme souvent chez Arte, l'oeuvre finale est du coup passionnante. Et impossible de se perdre dans la série puisque d'une part, l'arbre généalogique des dieux est constamment rappelé à chaque épisode (et aussi disponible dans le livret du coffret), d'autre part chaque épisode est indépendant mais l'histoire des Dieux et Déesses se recoupant constamment (un corpus où tout au final se compile comme le rappelait Busnel plus haut), on a en quelque sorte toujours un rappel de ce qui est arrivé à machin ou truc.

Bref, disons-le net, indispensable, que l'on soit fan ou non de mythologie.

 

Chronique en coopération avec les opérations DVDtrafic de Cinetrafic. Vous retrouverez sur le site les sorties ciné récentes et leurs chroniques mais aussi la chronique de cette série documentaire.

http://www.cinetrafic.fr/film-2017