On y est. La dernière ligne droite avant la fin de l'année. Ze compte à rebours infernal.

Noël est passé... Avez-vous étés sages et reçus plein de jolis cadeaux au passage ? :)

Après les films contemporains qui furent de superbes découvertes cette année, place aux films plus anciens. Anciens films mais toujours fascinants et remarquables le plus souvent. Place aux chouettes affiches de ciné (avec parfois le titre de mentionné quand on le voit pas trop) qui représentent plein de vieux films super bien vus en cette année 2017 !

 

 

american bour

brain devil

 

Et oui, à gauche il s'agit de l'affiche japonaise du Braindead de Peter Jackson. Grosse redécouverte puisque la dernière fois que j'avais vu ce film, c'était en VHs et le format DVD n'existait pas encore. Cela vous laisse imaginer... L'enfer pour Miss Jones, je voulais le voir depuis longtemps celui-là, c'est chose faite grâce au cinéphile Johell, merci l'ami !

 

diabo diaboliks

empire exorcisme2

 

Beaucoup de belles ressorties cette année. Et évidemment des chocs. L'empire des sens est le genre de choc à voir ou plutôt ici redécouvrir en salle avec un grand écran dans une version dépoussiérée et restaurée magnifique. Magnifique est également la restauration pour sa sortie DVD et Blu-ray de La Longue nuit de L'Exorcisme par le Chat qui fume, l'éditeur poilu à la clopinette qui monte.

 

femme1 femme2

femme3 femme4

 

On se demande ce que font les éditeurs français à parfois ressortir d'énièmes versions restaurées de films pourtant déjà dépoussiérés parfois quelques années plus tôt et laisser courir des films et coffrets devenus rarissimes ou inexistants. C'est le cas de la saga de La femme scorpion, sortie chez HK Vidéo et la Metropolitan dans un coffret vendu au prix d'un bras (ou d'un don de votre rein). Heureusement il y a les autres éditeurs et depuis plusieurs années les anglais ne sont pas en reste. Merci Arrow d'avoir sorti La femme scorpion dans un écrin fabuleux (illustrations pour les jaquettes, disques DVD et Blu-ray, poster, livret imposant, bonus à foison, n'en jetez plus, c'est du culte).

 

fran1 fran2

griffe parade

 

Les Frankenstein des années 30, sacré morceau que voilà ! De beaux films qui savent se faire tout aussi inquiétants que fascinants dans leur description d'un monstre classique qui au fond l'est bien moins (monstrueux) que l'humanité elle-même. Le premier film de James Whale de 1931 est une merveille, sa suite prolonge encore plus loin l'émerveillement. Bonheur.

 

incinerateurdecadavres lang

privé lezard

 

Il y aurait trop à dire sur L'incinérateur de cadavres en haut à gauche. Film trop riche, trop fort, trop fou à voir, à enseigner dans les écoles de cinéma. Quand au Lézard noir en bas à droite, il se présente comme l'un des meilleurs pulp japonais en direct de 1968. C'est bien simple, Fukasaku enchaîne rebondissements sur rebondissements, c'est du feuilleton généreux en un peu moins d'une heure trente. Et puis il y a Miwa, célèbre travesti qui joue de son ambiguïté et fascinera n'importe quel cinéphile ouvert.

 

icare peur

roll mariée

 

Et puis encore de super découvertes que je dois à Johell. Pour quelqu'un comme moi qui a tellement à rattraper dans le cinéma français, je me délecte d'un film majeur avec Montand ou Bebel. Et puis du Jean Rollin aussi dedans (si je compte les films de cinéastes le plus vus dans l'année j'ai pas mal d'oeuvres de Jean Rollin (9 films vus et revus), du Bertrand Mandico (tous les courts, moyens et long) et du Agnès Varda (6 films et documentaires !)). Et en bas à droite, la mariée sanglante.

 

faster plaisir

tors silent

 

varda shrinkin

 

En bas à droite, L'homme qui rétrécit. Encore un film que je n'avais plus revu depuis une bonne décennie voire plus et qui reste absolument tétanisant. Chef d'oeuvre !