mardi 30 septembre 2008

L'argent (1983)

Des lycéens de bonne famille fabriquent de faux billets et escroquent en fin de compte l'innocent Yvon. Accusé à tort par tous, maltraité par les autorités, trahi, il change de vie mais c'est pour retomber plus bas. Associé à un braquage qui tourne mal, il est condamné en prison. De là-bas il apprend la mort de sa fille puis l'abandon de sa femme... "Les mains, toujours aussi présentes, ne serviront plus qu'a deux actes dans "L'argent" de Robert Bresson : prendre et tuer. L'avidité est le principe dynamique qui... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 11:31 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 5 juin 2008

Questionnaire cinéphile... (6)

Suite et fin... * Un torrent de larmes. * Dark water d'Hideo Nakata Puisqu'on y vient, voici mon torrent de larmes perso. J'ai bien dû voir ce film autant de fois que "Twin Peaks - fire walks with me" mais comme ce dernier, à chaque fois, je nage en plein dedans. C'est le final du film (du moins avant l'épilogue). Yoshimi s'est précipité hors de la chambre innondée, avec sa fille Ikuko et se réfugie dans l'ascenceur, guettant la porte de la chambre. Celle-ci s'ouvre lentement et c'est... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 15:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
mardi 3 juin 2008

Questionnaire cinéphile... (5)

* Suite.... * Un choc plastique en couleurs. Kwaidan de Masaki Kobayashi Je crois que tout est dans les images. Là, le second sketch "la femme des neiges" qui m'impressionna le plus mais le 3e fut aussi une claque magistrale. ------------ * Un choc plastique en noir et blanc L'île nue de Kaneto Shindo. Très dur de choisir encore. Il y eut tellement de chocs plastiques en noir et blanc tels les films de Bergman, les Tarkovski, Antonioni... J'ai hésité entre la nuit du chasseur, Citizen... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 00:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
lundi 2 juin 2008

Questionnaire cinéphile... (4)

Suiteuh. * Un gag Shaun of the dead - Edgar Wright La séquence du dégommage de zombies à coups de vinyles. Enormous. Après avoir malencontreusement dégommé leur premier zombie, Shaun et son pote entendent à la télévision qu'il faut se débarasser des zombies en visant la tête. Et ça tombe bien, il en reste deux dehors pour faire des essais... ------------- * Un fou-rire. Y'a t'il un pilote dans l'avion ? Entre ça, Les tontons flingueurs, Hot-shots (1 et 2) et le père Noël est une ordure, le choix fut difficile... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 13:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 juin 2008

Questionnaire cinéphile... (3)

Suite mais pas fin, loin de là... * Une actrice. Audrey Hepburn. Parce qu'elle est mignonne, qu'elle à une classe folle, qu'elle est futée... Bref, elle à toutes les qualités. Ou bien je suis trop amoureux pour voir ses défauts. Mouais, ça doit être ça. Beh pas grave, après tout. -------------- * Un début 28 Weeks later de Juan Carlos Fresnadillo La suite du "28 jours plus tard" de Boyle ne se contente pas de faire de la redite, non, elle y va carrément avec ce volet des plus noirs, percutants, sensibles et... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 16:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 juin 2008

Questionnaire cinéphile... (2)

Bon, allons-y. * Un film. Nausicäa de la vallée du vent - (Hayao Miyazaki) Au début, je voulais prendre "2001 l'odyssée de l'espace", film qui m'a ouvert au cinéma selon moi. Puis j'ai hésité pour "Princesse Mononoke" qui fut pendant longtemps mon Miyazaki préféré avant de me reporter sur Nausicäa qui selon moi, prépare et contient déjà en germe toutes les graines de l'immense Princesse Mononoke. Et avec le temps, j'en viens à préférer même Nausicäa aux aventures d'Ashitaka et Sam. ... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 15:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 10 mars 2008

L' Oiseau au plumage de cristal.

L'oiseau au Plumage de cristal de Dario Argento (1969). Un jeune écrivain américain se voit entraîné dans le sillage d'un tueur en série s'attaquant à toutes les jeunes femmes de la ville....Pour un premier essai, c'est un coup de maître. Le réalisateur propose ici un Giallo (films italiens mi-horrifiques/mi-policiers) fait main doté d'une histoire ingénieuse à tous points de vue tant dans ses cadrages (cf, les plans symétriques en champ/contrechamp dans l'escalier en capture d'écran plus bas), ses scènes déjà... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 00:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 9 mars 2008

Requiem pour un massacre ("Come and see")

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Fliora, jeune garcon d’un village de Biélorussie occupé par les troupes nazies, s’engage, bien que trop jeune, chez les partisans. Il va découvrir l’amour, la fraternité, la souffrance, la guerre.Revu récemment avec ma mère ce qui s'impose comme l'un des films de guerre les plus traumatisants. LE plus traumatisant ? (*) Klimov, avec intelligence et sans forcer le ton, livre un jeune innocent dans la tourmente monstrueuse de la guerre et par le biais des plans-séquence et de la steadycam... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 2 décembre 2007

Scanners (v.2)

Votre serviteur s'est récemment précipité pour voir le nouveau Cronenberg peu de temps après sa sortie sans oublier toutefois de se faire un petit revisionnage de quelques films. Pour l'occasion et comme je suis d'un naturel chiant et enclin a embêter mon pauvre lecteur (courage lecteur, je t'aime !), je vous fait une chronique pas spécialement nouvelle mais annexe à une autre chronique du film. Un nouveau visionnage avec de nouvelles données, une chronique donc assez différente de l'engouement presque enfantin ressenti sur... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 30 août 2007

Vol 93

Il fallait oser faire un film sur le 11 septembre alors que la plaie Américaine ne s'est guère cicatrisée. Et surtout, il fallait oser faire un film réussi, réaliste, dégagé de tout relent hollywoodien ou patriotique, abordant la vérité de front pour recevoir sa douloureuse gifle. Parce que la vérité fait mal mais elle est nécessaire. Ainsi, Vol 93 par le soin apporté à l'histoire, la reconstitution et le parti-pris de se coller au plus près de la réalité, évite de se planter à l'atterrisage (désolé pour le mauvais jeu de mot foireux,... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 17:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]