samedi 7 octobre 2006

Rashomon (1951)

De Kurosawa on ne connait que trop bien "les 7 samouraïs" formidable matrice du film de sabre moderne que le western s' empressa de recopier (d' où le remake pas si mal "les 7 mercenaires" avec notre ami Yul Brynner) mais le reste de son oeuvre est tout aussi géniale, les Dode's kaden, Dersou Ouzala, Barberousse et autres Ran et Château de l' araignée... RASHOMON (ici la jaquette zone 1) fut palme d' or en 1953 à Cannes. Pour se protéger d'une pluie diluvienne, trois hommes, un bûcheron, un bonze, un... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 18:47 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

mardi 26 septembre 2006

La grande Illusion (1937)

En 1917, dans un camp en Allemagne, deux ennemis se lient d'amitié: l'officier allemand Von Rauffenstein qui dirige le camp et le capitaine de Boïeldieu, un de ses prisonniers. Mais la loyauté envers sa patrie conduira l'officier français à commettre un acte désespéré afin de sauver les siens...Dit comme ça, ce résumé assez succint ne montre en rien pourquoi ce classique est grand (comme d'autres films de Renoir dans cette période avant seconde guerre) et pourtant, tout est là mais sans les détails. Ainsi l'on pourrait dire du... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 11:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
vendredi 15 septembre 2006

La maison du diable (1961)

Second film "classique" de la section boules à mythes naphtalinées...Pour poursuivre ses expériences de parapsychologie, le professeur Markway réunit un groupe de personnes dans un vieux manoir réputé hanté. Dès le première nuit, les hôtes du professeur sont terrorisés par des bruits insolites. Eleanor est au bord de la dépression et le professeur lui conseille de partir. Elle refuse, prétendant que la maison la retient.Choisissant volontairement le Noir et blanc par souci esthétique et voulant à tout prix retranscrire... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 23:49 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
jeudi 7 septembre 2006

Cleo de 5 à 7 (1962)

J'ouvre la section des films classiques avec Agnès Varda... Je viens de me voir cet aprèm, le merveilleux film d'Agnès Varda. Je dis merveilleux parce que ce film m'a littéralement émerveillé du début à la fin. Cette façon de filmer Paris qui transporte (j'avais été aussi très étonné en bien par le Paris de "Ascenseur pour l'échaffaud") le spectateur. On a l'impression d'être aux côtés de Cleo, de l'accompagner dans sa marche et l'aspect de la durée très "c'est filmé presqu'en temps réel de 17h à 18h30" le... [Lire la suite]
Posté par Nio Lynes à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]