Depuis le temps que j' avais lu la sympathique chronique de DVDanime.net mais aussi lu un peu partout différentes critiques élogieuses, j' ai donc décidé de m'y mettre.

Quelques jours avant mon anniv', ma dulcinée m' offrit la série Last Exile, série que je convoitais il est vrai, fort avidement.

Avant de pousser plus loin, je précise que toutes les images (sauf celles des jaquettes que j'ai scannées ainsi que le fanart à la fin) proviennent de chez DVDanime. Merci donc à Algol et toute la rédaction qui ont bien voulu que je les prenne pour cette petite chronique.

Voilou.

On y va ?

Enclanchez vos vanships, vérifiez bien le niveau d' essence...C'est parti.

generique

(Extrait du générique de début)

Last Exile est une série qui a été crée pour fêter les 10 ans du studio Gonzo (Hellsing, Kiddy Grade...) et ça se voit. Budget débloqué : les 3/4 de la série sont réalisés en 3D. Seuls les personnages, quelques décors et objets sont réalisés en 2D. Les personnages sont d' ailleurs alléchants car bénéficiant du design de Murata Range qui avait déjà fait le design des personnages (et de leurs tenues !) sur Blue Submarine 6 (du même studio au passage...). Son trait, tout en rondeur et précision fait donc encore mouche une fois de plus (voir jaquettes des dvds 2 et 3 un peu plus loin).

alvis

Premier plan : Claus. Derrière : Alvis.

Au niveau de l' histoire, comme de la série dans son entier, on peut remarquer que les créateurs sont allés chercher très loin dans de nombreuses influences :...

  • Star Wars pour les petits vaisseaux rapides que sont les Vanships (avec notamment un plan pratiquement le même à quelques détails près sur la course de Tatooïne dans l' épisode 1 quand Sebulba éjecte un adversaire, que l' on retrouve dans l' épisode 3 de la série !) mais aussi ce qui maintient les cheveux d'Alvis, clin d'oeil à la coupe de la princesse Léïa.

  • Les jeux vidéos avec notamment des plans, des séquences, des vaisseaux de combats dignes de Skies of Arcadia (sur Dreamcast et Gamecube) et d' une musique qui s' apparente dans bien des moments d' ailleurs à celle, formidable à la base en plus, de Skies of Arcadia. Puis les combats navaux commencent et là, plus de doute, on est dans Skies of Arcadia, et dieu que c'est bon ! (si, si...)... A propos de Skies of Arcadia, un excellent article plein de lyrisme à lire ici chez edwood.

  • L' Histoire avec un grand H, que ce soit pour l' écriture, souvent du Grec ou de l' anglais, ou les uniformes (Alex Row et son équipage ont des tenues ressemblant très fortement avec celles des officiers Allemends de la seconde guerre mondiale ! cf jaquette dvd 3) ou de multiples détails (Immelmann !) qui prennent toute leur importance au visionnage...

  • La tragédie, le jeu. L' histoire, pleine de chassés croisés (le scénario est digne de Frank Herbert --"DUNE"-- ou de l' écrivain Ayerdhal !) ne se dévoile que parcimonieusement pour aboutir à un théâtre des sentiments, des actions. Le jeu d' échecs (toutes les races du monde de Preston y jouent...) est d' ailleurs un indice flagrant : tous les personnages ne sont que des pions sur un échiquier diaboliquement prenant (il n'y a quasiment aucun temps mort dans la série. Le terme de drogue télévisuelle employé pour "24h chrono" ou "Twin Peaks" se vérifie bien ici....

  • Les transports. Ainsi par exemple les Vanships sont la fusion de bolides de courses avec des avions. A l' écrit, ça ne ressemble à rien. A l' écran c'est jouissif... :)

Mais même en tant que pions, personnages principaux et secondaires auront "leur scène" principale à un moment, ce qui leur donne d' autant plus d' âme. Oui on y croit. On croit à l' Exile et au grand courant. On croie en Lavie et Claus.

jakettatia

(Jaquette issue du coffret 1, dvd 2 : Tatiana)

Mais on pourra encore disserter longtemps sur la richesse et toutes les potentialitées et hypothèses issues de la série... Ainsi par exemple, on remarque qu' un épisode dure en moyenne 20 mn. C' est aussi ironiquement le temps de mission et d' autonomie dont dispose un chasseur-étoile de La Guilde. Strange hein ? On pensera aussi l' espace d' un instant à Evangelion (le cable coupé, l' eva a aussi très peu d' autonomie...), même si ici, point de Shinji Ikari torturé en vadrouille et seul un personnage pourrait en ressembler à un autre (Dio de la guilde à un comportement assez proche du personnage du manga "Deeper samouraï Kyo", Yukimura. Si, ça saute aux yeux. Après quitte à savoir si c'est voulu, j' en doute... Quoique...) mais à part ça, tous disposent d' un caractère qui leur est propre, renforçant la cohésion de la série.

jacketalexx

(Jaquette du coffret 1, dvd 3 : Alex Row)

Avant que je raconte un petit peu l' histoire, histoire (mwarf...) de vous allécher plus, je vais passer sur les défauts de la série, mais ça va être rapide, elle n' en a aucun.

Oui, vous avez bien entendus, pas de défauts. Et si il y en a, c'est plus dû à une erreur de l' éditeur (Déclic Image qui pourtant fait du bon boulot). Ainsi, même si on va pas chipoter, on remarque un léger blanc sur les sous titres lors de l' épisode 7 "interesting Claus" lors d' une des scènes où Dio et Lucciola jouent aux échecs. Pas très embêtant, mais un peu gênant. Plus problématique est cette accélération puis courte disparition des sous-titres lors de l' épisode 20 (ou 21 ?) à un moment des plus cruciaux, quand Delfeene parle avec Dio et Claus sur le Silverna.

A part ses quelques petits problèmes, c'est du tout bon.

clauslavie

Lavie et Claus

Dans le monde de Preston, 2 nations se font la guerre : Anatorey et Dithis. Celle-ci se caractérise sous d' immenses joutes de vaisseaux navaux dans les airs, le tout arbitré (orchestré ?) par une 3 e puissance, à la technologie plus que supérieure : La Guilde. En allant porter une lettre au commandant de la flotte d' Anatorey, Claus et Lavie, deux jeunes pilotes de Vanships (petit avion biplace très rapide souvent utilisé pour les petites livraisons et necessitant un pilote et un navigateur) vont se retrouver dans un engrenage qui va rapidement changer le destin de ce monde et modifier leurs vies...

dio

(Dio Eraclea, de La Guilde, frère de celle qui règne sur celle-ci et par conséquent ce monde : Maestro Delfeene...)

exile

Claus et Lavie dans un vanship..

Liste des épisodes...

  • 1/ First move

  • 2/ Luft Vanship

  • 3/ Transpose

  • 4/ Zugzwang

  • 5/ Positional play

  • 6/ Arbiter Attack

  • 7/ Interesting Claus...

  • 8/ Takeback

  • 9/ Calculate Alex

  • 10/ Swindle

  • 11/ Develop

  • 12/ Discovered attack

  • 13/ Isolated pawn

  • 14/ Etude Lavie

  • 15/ Fairy chess

  • 16/ Breakthrough

  • 17/ Making material

  • 18/ Promotion Sophia

  • 19/ Silician defence

  • 20/ Grand Stream

  • 21/ Rook Dio

  • 22/ Queen Delfeene

  • 23/ Castling Lucciola

  • 24/ Sealed move

  • 25/ Quiet move

  • 26/ Resign

flotte_guilde

(La flotte de Delfeene)

vanship_tatiana

(le Vanship rouge de Tatiana)

Plus la série se déroule et avance, plus les clefs sont données, plus l' action prend de la vigueur, moins on a envie de la quitter. La série, outre ses batailles navales, se permet aussi certaines audaces à la fois graphiques et visuelles sur le fil et pourtant, on y croit, et même on en redemande, en témoigne cette séquence formidable où Lucciola combat façon danseuse d' opéra pour sa vie et celle de Dio dans l' épisode 23. C' est beau, on en veut plus.

La série finie, on est déçu : on ne voulait pas la quitter, on y était formidablement bien. Tout le reste en comparaison nous semble alors fade...

Celà faisait longtemps que je n' avais plus connu une drogue visuelle aussi puissante. Et maintenant, pour moi, le sevrage est dur. Mais pour vous qui lisez ces lignes, regardez juste quelques épisodes de la série (qui commence véritablement dès l' épisode 3 on peut dire...) et tombez sous le charme. Inutile d' y résister. Suivant une certaine dose, vous devenez accros.

guilde

Hopla, un aperçu de la technologie de La Guilde.

maestro_delfeene

Maestro Delfeene...

La série est éditée par Déclic Images (en zone 2), qui la vend en 2 coffrets regroupant eux mêmes 3 dvd chacun. Le premier coffret va donc des épisodes 1 à 13, le second, du 14 au dernier épisode. Sur chaque dvd, pas vraiment de bonus, juste une bande annonce, qui s' avère a chaque fois différente d' ailleurs. Les épisodes sont en VO sous titré français et le son, même en stéréo 2.0 atteint parfois de bons niveaux.

Voilà.

Je me suis emporté, j' espère vous avoir pris aussi au passage dans mes ailes et là, il est temps de nous quitter.

Au revoir Preston.

Je termine sur un petit fanart, réalisé par une amie, issu de mon carnet de dessins persos. ^_^

lavieaude

See you !