cabanesintegral

 

Dans les villages, l'étrange vie de Jean-Marie Duodupom, Juliette Bulzenave et leurs amis qui commence par l'étrange quête de la corniflure (qui rendrait apparemment moins con que la moyenne générale des gens du village) pour déboucher sur une quête du rêve et de la réalité...

 

C'est mon coup de coeur récent en BD et c'est sans doute encore une fois de plus quelque chose d'indescriptible et irracontable. Bercé par le fabuleux graphisme de Max Cabanes (en noir et blanc pour le premier tome, en couleur pour les suivants), on débouche dans un univers à la fois tendre, ironique, absurde où l'on va suivre le destin de deux "gamins" (ils ressemblent à des humains mais n'en sont pas vraiment) en quête de leurs amis, fuyant les terribles Jôles (qui ne font que répéter inlassablement ce que vous dites afin d'effondrer votre psychisme) et la jôlisation qui se répandit (tome 1) pour déboucher sur un monde encerclé par le néant où règnent les porteuses du vides, les anti-jôles (tomes 2 à 4...).

 

cabanes1

cabanes2

cabanes3

cabanes4

cabanes5

Planches du tome 1. Cliquez pour agrandirgneeuh

 

Vous n'avez rien compris ? C'est normal.

Dans cette série, Cabanes fait adroitement jongler Fantasy avec son propre style, ses propres envies et un certain humour. Si le premier tome en noir et blanc mêle adroitement simili-réflexion métaphysique sur fond de satire (avec un graphisme et un côté décalé qui me rappelle le Idées noires de Franquin, en moins noir. Et ça, ce n'est pas pour me déplaire) avec les merdouzliss, fils de "villageois" travaillant à récolter la précieuse corniflure, semblait annoncer une série drôle, nihiliste et un peu trash dans son genre, les autres tomes, encore plus passionnants prennent une autre direction.

Dans la suite de Dans les villages, Cabanes associe paysages du Sud avec personnages humains, animaux ou crées haut en couleur ainsi qu'un histoire qui débouche sur le thème très Dickien de la question de la réalité à travers le regard d'un poète rêveur du Moyen-âge qui aurait débouché dans ce monde parallèle pour presque tout créer. On pense à de nombreuses références (moi je pensais à ARQ d'Andreas --que j'adore et dont il faudra bien que je parle un jour-- comme l'Histoire sans fin, UBIK ou Le dieu venu du Centaure...) mais en fait, on ne peut pas vraiment comparer puisqu'on s'aperçoit au fil de la lecture que c'est tout simplement unique.

 

cabanes6

cabanes7

cabanes8

Attention aux "chats" amateur de terribles papouilles (cliquez pour agrandir). gneeuh

 

Au fil des tomes surtout, on est enchanté par un monde à la fois tendre, riche et inquiétant assez proche du notre et complètement différent. Malgré une ligne rouge qui semble tracée (avec le rêveur de réalité), Cabanes en profite pour partir dans plein de directions, s'autorisant pas mal de choses au gré de son imagination. 

Vous l'aurez compris, ceci est un gros coup de coeur BD récent. Puissiez-vous aussi vous intéresser à cette série pas ordinaire que l'auteur à récemment repris après 20 ans d'absence (même si le nouveau cycle part dans une autre direction).