Et cette fois, abordons tranquillement le cinoche en 2017 en plusieurs  parties comme l'an dernier (il y a deux liens et non un dans "plusieurs parties", magie).

Avec du coup non pas ma sélection personnelle ciné 2017 mais les grandes découvertes en cinéma contemporain qui ont émaillé l'année.

J'ai vu, écouté et lu pas mal de choses mais je ne retient ici que les oeuvres les plus marquantes. Dans ce top on reste des années 80 à aujourd'hui. Pour les films plus anciens, cela fera l'objet d'un autre post. Alors, let's go.

 

 

1.

 

silence

Le silence des agneaux - 1991

Totale redécouverte choc de ce classique du cinéma que je n'avais plus vu depuis presque 20 ans.

 

redux2

Dorénavant vous y réfléchirez à deux fois avant de reprendre du Chianti.

 

 

2.

 

freddy

Freddy 3, Les griffes du cauchemar - 1987

Et par ce troisième volet je découvrais enfin Freddy.

Par la suite juste après un week-end, je me faisais quasiment l'intégrale de la saga.

 

redux4

Depuis le temps qu'on vous dit de vous méfier de la télé.

 

 

3.

 

duke

The Duke of Burgundy - 2014

Une ambiance à part pour un des films les plus subtils qui soient sur une relation de rapports déviants et interchangeables consentie toute en douceur.

 

redux7

C'est aussi un film qui prône la joie des ballades en vélo et les sorties pique-niques, notons le.

 

 

4.

 

opera

Opera - 1987

La sortie officielle enfin et dans une version éclatante par Le Chat qui fume permet de redécouvrir cette splendeur horrifique d'autant plus qu'il s'agit d'un des derniers grands films du maître Argento avec Le syndrôme de Stendhal.

 

redux1

Dure dure la vie de diva.

 

 

5.

 

laby

Le labyrinthe des rêves - 1997

 

Une splendeur onirique pas toujours parfaite mais qui submerge lentement quiconque sera sensible à sa beauté.

 

redux9

Pendant les fêtes, c'est quand même sacrément le bordel à la SNCF pour avoir un train.

 

 

6.

 

cabeza

Cabeza de Vaca - 1991

Une odyssée humaniste et mystique qui se hisse au même niveau que le cinéma de Werner Herzog.

 

redux10

 

Le tabac c'est mal, regardez tous ces incendies trop vite allumés. Encore un qui a oublié d'éteindre son mégot...

 

 

7.

 

babette

Le festin de Babette - 1987

A travers une vie recluse comment la magie de la nourriture va délier les langues et apaiser les consciences pour témoigner d'un miracle.

 

redux11

Elle court, elle court la maAAAaaladie d'amoûr. Ah non je me gourre de sujet.

 

 

8.

 

gain

Gainsbourg (vie héroïque) - 2010

 

Une évocation en forme de conte sur Serge Gainsbourg où le néophyte y trouvera tout autant son compte que le profane, lequel se délectera de tel ou tel détail laissé pour les Gainsbourgphiles. Petit régal et probablement le rôle de sa vie pour Eric Elmosnino.

 

redux3

L'homme à tête de chou et son double Sfarien.

 

 

==========

 

Mention spéciale !

 

apart1 

mandico

 

 

Si l'on se garde bien au chaud son Les garçons sauvages dans le top films de 2017, on peut déjà qualifier toute l'oeuvre de Bertrand Mandico (essentiellement des courts et moyens-métrages donc pour l'instant) comme une découverte contemporaine incroyable et quelque part essentielle dans son approche à nous proposer un cinéma bricolé, organique et coloré. Les références sont multiples, elles abondent mais Mandico assume toujours et loin de resservir le tout banalement sur un plateau, il les fait sienne pour livrer depusi un moment quelque chose de formidablement homogène.